BEAUCLÉ André, Edmond

Par Jean-Paul Nicolas

Né le 2 janvier 1904 à Rosay-sur-Lieure (Eure), disparu le 25 août 1944 depuis son arrestation à Lisors (Eure), son corps n’a jamais été retrouvé ; garagiste ; résistant du maquis ORA de Mortemer à Lisors (Eure), homologué Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant (DIR).

André Beauclé garagiste à Rosay-sur-Lieure (Eure)
André Beauclé garagiste à Rosay-sur-Lieure (Eure)
Site web du village de Rosay-sur-Lieure, Les martyrs de Mortemer.

André, Edmond Beauclé était le fils de Désiré, Amédée Beauclé, charron, et de Pauline, Augustine Letondeur, son épouse, tisserande.
Il naquit au domicile de ses parents à Rosay-sur-Lieure (Eure).
Garagiste à Rosay-sur-Lieure (Eure), il s’était engagé dans l’ORA en février 1944, sous les ordres de Jean Balmino.
À la suite des deux embuscades manquées des 23 et 24 août 1944 près de Mortemer un hameau de Lisors, les Allemands, après avoir commis la fusillade de la Croix, recherchèrent les autres membres du groupe de résistants dans les villages de Lisors, Rosay et Touffreville. Le 25 août ils arrêtèrent sur son lieu de travail, le garagiste de Rosay André Beauclé. Un témoin rescapé du groupe ORA déclare : "Monsieur Soudan et Monsieur Pigné, le cafetier, lui avaient pourtant proposé, en vain, de le cacher. André Derly est arrêté à sa ferme du Coisel (ferme du rond-point avant Lisors), Jean Balmino revient dans la matinée à son domicile de Rosay. Il passe rapidement à son bureau et repart en bicyclette. Lui comme André Derly et André Beauclé ne seront jamais revus."
C’est ainsi que le corps d’André Beauclé ne fut jamais retrouvé.
Une mention en marge de son acte de naissance qu’un jugement déclaratif de décès fut prononcé le 5 février 1954 par le tribunal civil des Andelys (Eure) fixant la mort d’André Beauclé au 24 août 1944 à Lisors.
Il fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant (DIR) et décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume par décret du 22 mars 1960 paru au JO du 27 mars 1960.
Le nom d’André Beauclé est gravé sur le monument Croix des fusillés de Mortemer situé à Lisors (Eure) auprès des noms des dix autres partisans de l’ORA, suivant le cas, fusillés, massacrés ou disparus du 23 et 25 août 1944. Le monument qualifie les onze hommes comme tous morts pour la France fusillés par l’occupant Allemand.


Lieu d’exécutions et de mémoire : Lisors (Eure), La Croix des fusillés du maquis de Mortemer, 23-25 août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article250994, notice BEAUCLÉ André, Edmond par Jean-Paul Nicolas, version mise en ligne le 15 septembre 2022, dernière modification le 17 septembre 2022.

Par Jean-Paul Nicolas

André Beauclé garagiste à Rosay-sur-Lieure (Eure)
André Beauclé garagiste à Rosay-sur-Lieure (Eure)
Site web du village de Rosay-sur-Lieure, Les martyrs de Mortemer.
André Beauclé devant son garage, à droite sur la photo
André Beauclé devant son garage, à droite sur la photo
Site web du village de Rosay-sur-Lieure, Les martyrs de Mortemer.

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 422 409 nc). — SHD Vincennes GR16 P 41041 (nc) homologué FFI. — Mémorial Genweb : Eure : memorial départemental des résistants morts pour la France. — Mémoire des hommes. — Sites physique et internet de la Croix des fusillés du Maquis de Mortemer à Lisors (Eure), route de Lyons. Panneau explicatif. Musée de la Résistance en ligne.—La Croix des fusillés de Mortemer. — État civil, acte de naissance n°1.

Version imprimable Signaler un complément