BARDEZ Charles, Eugène

Par Claude Pennetier

Né le 7 août 1865 à Paris (XIIIe arr.), mort le 24 décembre 1941 à Thiais (Seine, Val-de-Marne) ; employé routeur de journaux ; militant communiste ; conseiller municipal de Thiais.

Fils d’un porteur de journaux et d’une blanchisseuse, Charles Bardez quitta Paris pour Thiais après la Première Guerre mondiale. Il adhéra au Parti communiste en 1921, fut trésorier de la section de Thiais puis de la cellule en 1924. La municipalité socialiste de la ville, dirigée par Gustave Léveillé, était restée à la SFIO après le congrès de Tours. « Employé ficeleur routeur », « chef de départ » chez Dangosse, il devint « ouvrier routeur » à l’Humanité vers 1930. Sa profession de foi de 1934 précisait son appartenance au syndicat unitaire du Livre-papier depuis 1923. Il était marié, veuf, remarié en 1927 à Thiais et père de trois enfants : un cartonnier, un instituteur et un étudiant.

Il fut élu conseiller municipal communiste de Thiais le 12 mai 1935, avec deux autres communistes, Charles Besse et Émile Zimmerman. Il démissionna de son mandat le 2 novembre 1939, vraisemblablement pour se désolidariser du Parti communiste et condamner le Pacte germano-soviétique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article2817, notice BARDEZ Charles, Eugène par Claude Pennetier, version mise en ligne le 5 août 2009, dernière modification le 23 octobre 2009.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Paris, DM3 ; Versement 10451/76/1 ; listes électorales, listes nominatives. — Le Travailleur de la banlieue sud, 4 mars 1934. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément