MONTÉGUT Gracchus [MONTÉGUT Caïus, Gracchus], dit Camille

Par Raymond Huard

Né le 3 nivôse an IV (24 décembre 1795). Entrepreneur. Démocrate socialiste.

Gracchus Montégut est le fils du conventionnel Jean François Montégut (des Pyrénées- Orientales) et de Thérèse Badille. Son père fut exilé en 1816 en tant que régicide ayant adhéré à l’Acte additionnel aux constitutions de l’Empire et se réfugia à Constance et mourut en 1827. On retrouve Gracchus Montégut à Ille-sur-le-Têt dans les Pyrénées-Orientales, où naquit son fils Antonin en 1823, puis, pendant la monarchie de Juillet, à Nîmes (Gard) pour prendre en charge les entreprises de terrassement et de réparation de routes conformément au décret du 5 juillet 1848. La société comptait plus de 900 membres en novembre 1848.
Gracchus Montégut, qui participa à l’activité du Cercle de travailleurs de Nîmes de tendance démocrate socialiste, fut impliqué sous le surnom de « Camille » dans le complot de Lyon ou du Sud-Est préparé sous la direction d’Alphonse Gent*. Il fut arrêté le 10 mars 1850, jugé par le tribunal militaire de Lyon, et condamné à quinze ans de détention. Son âge et ses infirmités — il souffrait de la cataracte et de troubles respiratoires — lui évitèrent vraisemblablement la déportation. En août 1855, il bénéficia d’une remise de peine de 4 ans et le 26 avril 1856, il fut gracié, mais resta sous la surveillance de la haute police. La date de sa mort nous est inconnue. Il faut éviter de le confondre avec son fils Antonin Montégut dit le Rouge*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article35189, notice MONTÉGUT Gracchus [MONTÉGUT Caïus, Gracchus], dit Camille par Raymond Huard , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 5 février 2018.

Par Raymond Huard

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, complot de Lyon, série R (non classée). Le dossier Montégut contient les pièces concernant la Société des Travailleurs. — R. Huard, Le parti républicain et l’opinion républicaine dans le Gard de 1848 à 1881, thèse d’État, Paris IV, 1977.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément