GASPARD Gustave, Marius

Par Jacques Girault

Né le 7 septembre 1897 à Toulon (Var), mort à Toulon, le 5 mars 1975 ; cheminot à Toulon ; syndicaliste CGT.

Gustave Gaspard s’était marié à Toulon, en juin 1821, il avait été licencié, en 1934, par la Société du chemin de fer du Var et du Gard pour propagande syndicale. Réintégré en 1936 à la suite d’actions syndicales, il avait été délégué du syndicat CGT au conseil de discipline. Il était connu comme membre de la « Fraternité républicaine » depuis 1931 qui soutenait le maire de Toulon, Escartefigue. Travaillant à la Compagnie des Tranways de la ville, la police le surveillait au début de la guerre lui attribuant la responsabilité d’impressions syndicales. Son domicile avait été perquisitionné, le 5 décembre 1940. Une petite machine à imprimer et du matériel d’imprimerie furent découverts. Aussi, un arrêté préfectoral d’internement intervenait-il le 13 décembre. Il était arrêté, le 22 décembre, et interné au Centre de séjour surveillé de Chibron (près de Signes, Var) comme « communiste dangereux ». Il était libéré, le 13 février 1941.
Peu après, la police s’aperçut que son frère Gaspard Jean, ouvrier typographe à l’Arsenal maritime, militant socialiste SFIO, avait imprimé du matériel syndical à son domicile.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article4189, notice GASPARD Gustave, Marius par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 26 janvier 2012.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, Cabinet 600, 864 ; 3 Z 4.30. — Note de J.-M. Guillon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément