GEMIN Jean, Pierre

Par Jean-Pierre Besse, Dominique Tantin

Né le 9 juin 1921 à Caudrot (Gironde), fusillé le 13 juillet 1942 au camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) suite à une condamnation à mort ; étudiant ; résistant en Gironde (réseau Chabor, Kléber-Terre).

Fils de Jean Robert, charpentier puis cafetier et de Jeanne née Dubourg, Jean Gemin, après ses études à l’école primaire de sa commune natale, suivit les cours au lycée de La Réole (Gironde), obtint son baccalauréat puis prépara l’École de l’Air au lycée Montesquieu de Bordeaux et au lycée Saint-Louis de Paris.
Il participa à la manifestation du 11 novembre 1940 sur les Champs-Élysées, fut de ce fait chassé de son établissement, puis retourna à Caudrot, espérant rejoindre Londres par l’Espagne. Ayant échoué après s’être rendu à Bilbao, grâce à un contact avec Albert Baudrillart, il rejoignit le réseau Chabor, sous-groupe du réseau Kléber-Terre, animé par des officiers du 2e bureau qui coopéraient avec le SOE. Il passait souvent la ligne de démarcation avec des officiers anglais dans la région de Langon qu’il connaissait bien. Il communiquait des renseignements sur le dispositif militaire allemand en Aquitaine
Dénoncé avec d’autres membres de son réseau, arrêté à Bordeaux lors d’un rendez-vous le 9 août 1941, il fut incarcéré au fort du Hâ dont il tenta vainement de s’évader. Il fut torturé, puis condamné à mort pour "aide à l’ennemi" et fusillé le 13 juillet 1942.
Dans sa dernière lettre à sa famille, il écrivit :"Dites-vous que votre Pierrot est mort pour une noble et grande cause."
Il fut homologué au grade de Lieutenant des FFC, et reçut la Croix de Guerre avec palmes et la médaille de la Résistance avec rosette à titre posthume. Son nom est inscrit sur les monuments aux mort de Souge, de Caudrot et sur le Monument commémoratif des Services Spéciaux de Ramatuelle (83).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article50780, notice GEMIN Jean, Pierre par Jean-Pierre Besse, Dominique Tantin, version mise en ligne le 3 juillet 2009, dernière modification le 29 mai 2022.

Par Jean-Pierre Besse, Dominique Tantin

SOURCES : Henri Chassaing, Georges Durou, Hommage aux fusillés de la région bordelaise, 1941-1991. – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément