CHAMILLARD Nicolas, dit le « Trente Pouces »

Né le 2 janvier 1834 à Pressigny (Haute-Marne) ; concierge en même temps que brocanteur et marchand de chiffons ; adhérent de l’AIT ; communard.

« Il a fait ou fait encore partie de l’Internationale » estimait le commissaire de police de son quartier. Quant à Chamillard, il prétendait « n’avoir été affilié à cette société que pendant six semaines ».
Au moment de la Commune, il habitait depuis deux ans rue Miollis dans le XVe arrondissement.
Durant le 1er Siège, Nicolas Chamillard fut garde au 131e bataillon de la Garde nationale. Il passa sous-lieutenant fin mars 1871. Il assuma les fonctions de délégué au bureau de l’Assistance publique du XVe arr. et au cercle de la Garde nationale du même arrondissement, puis fut délégué au Comité central mais refusa le poste de commissaire de police à Montrouge. Le 21 mai il réussit à quitter Paris et se retira à Broncourt (Haute-Marne), puis dans son pays natal. On le rechercha pour avoir pris part à l’arrestation de l’archevêque Darboy et l’on trouva à son domicile parisien une grande quantité d’armes et de munitions. Il fut arrêté le 15 juillet.
Le 3e conseil de guerre le condamna le 29 novembre 1871 à quinze ans de travaux forcés. Antérieurement, il n’avait été condamné qu’à 16 f. d’amende pour usage d’un timbre-poste ayant déjà servi.
Remise du reste de sa peine lui fut accordée le 11 mars 1879. Voir Chamilloud ou Chamillard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article54971, notice CHAMILLARD Nicolas, dit le « Trente Pouces », version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 janvier 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/740, n° 2077. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Arch. Dép. Haute-Marne, 61 M 30.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément