COSTIOU Émile, André

Né le 18 mai 1854 à Arpajon (Seine-et-Oise, Essonne) ; chapelier, marin pendant la Commune ; jeune communard.

Les parents d’Émile Costiou s’appelaient Philippe, Auguste Costiou et Victoire, Élise Verrier. Il travaillait et demeurait chez son père, qui était chapelier à Paris, probablement au 16, rue Charlemagne (IVe arr.), qui est l’adresse qu’on lui connait.
Il s’engagea pour la durée de la guerre dans la marine de l’État ; il recommença à travailler avec son père, mais celui-ci le laissa seul à Paris et se réfugia à Charenton (Seine, Val-de-Marne). Émile Costiou entra le 4 avril 1871 dans une batterie flottante de la Commune qui, le 8, alla s’embosser au viaduc d’Auteuil et tira jusqu’au 18 mai ; Costiou fut alors envoyé au bastion 65 ; il déserta son poste le 21 mai et fut arrêté le 22 (ou plus probablement le 23), rue Pigalle (IXe arr.), par les soldats de Versailles.
Le commissaire du gouvernement, devant le 9e conseil de guerre, le dit « gavroche fanfaron » ; il fut condamné, le 15 janvier 1872, à un an de prison.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article56083, notice COSTIOU Émile, André, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 août 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/734. — État civil. — Site "La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880)". — Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément