GIVOGUE André

Né le 25 février 1839 au Puy (Haute-Loire) ; demeurant à Paris, 18, rue Perrel (XIVe arr.) ; serrurier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire ; il habitait Paris depuis 1859.
Pendant le 1er Siège, il appartint à la compagnie sédentaire du 271e bataillon de la Garde nationale ; plus tard, il fut affecté au corps franc des Volontaires de Montrouge et continua son service sous la Commune de Paris ; il fut fait prisonnier, le 11 avril 1871, sur le plateau de Châtillon.
Le 5 avril 1872, le 25e conseil de guerre le condamna à la déportation simple ; il arriva à Nouméa le 28 septembre 1873. Le 19 novembre 1878, sa peine fut commuée en sept ans de détention. Le 15 janvier 1879, remise du reste lui fut accordée. Il rentra par le Calvados.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article60522, notice GIVOGUE André, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 juillet 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/780. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément