POIRIER Dominique, Lucien

Né le 16 décembre 1828 à Tours (Indre-et-Loire) ; demeurant à Paris, 4, rue Domat (Ve arr.) ; ouvrier cordonnier (on dit aussi : ouvrier bronzeur) ; communard.

Il était marié, sans enfant. Il avait subi deux condamnations, en 1858 et 1863, à six mois et à six jours de prison, pour vol et pour coups ; son frère était capitaine au 12e bataillon de chasseurs à pied. Il avait servi dans l’armée de 1849 à 1856, puis avait été libéré avec un certificat de bonne conduite ; il avait reçu une blessure à Sébastopol et était titulaire de la médaille de Crimée.
Pendant le 1er Siège, il fut sergent-instructeur dans la 1re compagnie de marche du 151e bataillon de la Garde nationale ; le 24 mars 1871, il passa sous-lieutenant. Il fut confirmé dans ce grade lors des élections du 6 avril et du 9 mai ; on l’arrêta le 13 avril 1873.
Condamné, le 12 septembre 1873, par le 3e conseil de guerre, à la déportation simple, il vit sa peine commuée le 26 novembre 1873 en dix ans de bannissement. Réfugié en Belgique, il se fixa à Ixelles et obtint la remise de sa peine le 31 octobre 1878.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article68640, notice POIRIER Dominique, Lucien, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 1er mai 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/795. — Arch. Gén. Roy. Belgique, dossier de Sûreté n° 273947 (en 1880). — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément