GALLIARD André, Émile

Par Jacques Girault

Né le 24 décembre 1905 à Gien (Loiret), mort le 1er juillet 1978 à Sandillon (Loiret) ; instituteur dans le Loiret ; militant syndicaliste SNI ; militant socialiste SFIO ; maire de Sandillon (Loiret).

Fils d’instituteurs, André Galliard ne reçut aucun sacrement religieux. Après avoir été élève de l’école primaire supérieure de Pithiviers, il fut instituteur dans le département du Loiret.

Il se maria exclusivement civilement en septembre 1929 à Orléans avec une institutrice. Le couple, qui avait alors un fils, obtint dans les années 1930 un poste double à Auvilliers en Gâtinais. Ils divorcèrent. Galliard se remaria en août 1946 à Orléans avec une institutrice croyante. Ils eurent un fils..

Secrétaire de mairie, il militait au Syndicat national depuis 1925. Dans les années 1930, il était membre du conseil syndical et du bureau de la section départementale du Syndicat national des instituteurs. Délégué à l’Union locale CGT de Montargis, partageant les analyses de la majorité du SNI, notamment dans le domaine de la lutte pour la paix, il était hostile aux idées communistes bien qu’ayant, avec son épouse, effectué un voyage en URSS en 1936 ou en 1937. Se rangeant parmi les partisans de « la paix à tout prix », il fit grève le 30 novembre 1938, par discipline syndicale. Depuis ses périodes militaires en Allemagne, bon connaisseur de la culture allemande, il était irrité par les conséquences de la montée du nazisme. Orateur dans sa loge maçonnique (Grand Orient de France), il fut révoqué de l’enseignement à la fin de l’année 1940.

Mobilisé comme officier de liaison en septembre 1939, André Galliard fut fait prisonnier près de Montbard (Côte-d’Or). Libéré peu après, il fut à nouveau arrêté. Retenu au camp de Pithiviers, il fut envoyé en Allemagne à Mayence puis resta en captivité (oflag 12 B), près de Poznan, pendant toute la durée de la guerre. Il y entama des études d’histoire et perfectionna sa connaissance de la civilisation allemande, en relations avec le père Congar et l’histoire Fernand Braudel. Il devint le secrétaire d’un groupe socialiste clandestin qu’il avait contribué à former. A la fin de la guerre, il s’évada et fut rapatrié par les Russes de la Pologne à Odessa. Il appartint par la suite à l’association des prisonniers de guerre. Après avoir refusé à son retour en France des fonctions administratives et préfectorales, il reprit, avec son épouse, son activité enseignante.

Secrétaire adjoint de la Ligue des droits de l’Homme dans le Loiret sous le Front populaire, membre du Parti socialiste SFIO depuis 1925, Galliard appartint à la direction de la fédération socialiste après la guerre et fut le secrétaire fédéral de 1955 à 1968. Il était aussi un des animateurs à Orléans du cercle Jean Jaurès. Il fut candidat à diverses élections.

André Galliard, retraité, fut, de 1971 à 1977, maire de Sandillon un commune de 1700 habitants

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73995, notice GALLIARD André, Émile par Jacques Girault, version mise en ligne le 13 septembre 2009, dernière modification le 12 octobre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé. — Note de Alain Dalançon et François Printanier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément