DAVIES Margaret Llewelyn

Née le 16 octobre 1861 à Londres ; morte le 28 mai 1944 à Dorking, Surrey ; coopératrice.

Margaret Davies est née dans une famille de bourgeoisie libérale. Son père était un pasteur anglican curé d’une paroisse pauvre dans le quartier de Marylebone, à Londres, et très lié aux socialistes chrétiens. Partisan de l’enseignement féminin, il dirige pendant quelques années Queen’s College, établissement d’éducation fondé par F.D. Maurice* pour développer l’instruction des jeunes filles. Sa sœur, Sarah Emily Davies, pionnière de l’enseignement supérieur féminin, fondera de son côté le premier collège universitaire pour jeunes filles à Cambridge, Girton College. Margaret Davies fréquente ces deux établissements. C’est ensuite sous l’influence de son père qu’elle s’intéresse au mouvement coopéra-teur. Elle est d’abord attirée par les ateliers coopératifs de type autogestionnaire que le mouvement propose aux femmes. Puis elle se rallie au principe de la coopération tel qu’il a été établi à Rochdale car elle voit là l’espoir le plus sûr de progrès et de promotion pour les ouvriers.

En 1887, Margaret Davies adhère à la section de Marylebone de la Women’s Co-operative Guild. Deux ans plus tard, quand la secrétaire générale de la Guilde, Mary Lawrenson, prend sa retraite, c’est Margaret Davies qui lui succède. Elle va diriger le secrétariat général jusqu’en 1921. Toujours en 1889, le pasteur Davies quitte Londres pour prendre la charge d’une paroisse dans la région des Lacs, à Kirkby Lonsdale (Westmorland). Margaret Davies s’y installe elle aussi, et c’est du presbytère paternel qu’elle préside aux destinées de la Guilde des coopé-ratrices. Elle rencontre alors celle qui va devenir son associée et son amie intime, Lilian Harris.

Margaret Davies abandonne la direction du secrétariat en 1921 ; l’année suivante, lors du congrès de Brighton, elle est la première femme à se voir confier la présidence d’un congrès des coopérateurs. Très active sur le plan international, Margaret Davies a largement contribué à la fondation en 1921 à Bâle de la Guilde internationale des coopératrices. La Guilde anglaise sert de modèle pour les associations des pays d’Europe occidentale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75397, notice DAVIES Margaret Llewelyn, version mise en ligne le 12 décembre 2009, dernière modification le 5 août 2016.

ŒUVRES PRINCIPALES : Co-operation in Poor Neighbourhoods (La coopération dans les quartiers pauvres), Kirkby Lonsdale, 1899. — The Training of Co-operators (La formation des coopérateurs), Kirkby Lonsdale, 1902. — The Women’s Co-operative Guild 1883-1904 (L’association des femmes coopératrices), Kirkby Lonsdale, 1904.

BIBLIOGRAPHIE : C. Webb, TheWoman with a Basket, Manchester, 1927. — Co-operative News, 3 juin 1944. — J. Bellamy et J. Saville (éd.), Dictionary of Labour Biography, t. I.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément