ROUQUET François

Par André Balent

Né le 31 août 1899 à Sauto-Fetges (Pyrénées-Orientales), mort le 19 août 1971 à Fontpédrouse (Pyrénées-Orientales) ; menuisier puis ouvrier électricien dans les chemins de fer ; militant communiste puis socialiste SFIO puis à nouveau communiste ; maire de Fontpédrouse, Prats-Balaguer, Saint-Thomas-les-Bains de 1932 à 1939 et de 1945 à 1971.

Orphelin à six ans — son père était cantonnier à sa naissance — François Rouquet travailla dès l’âge de seize ans comme apprenti menuisier. Pendant la Première Guerre mondiale, il dut rejoindre la maison, son frère aîné étant mobilisé. Après son service militaire, François Rouquet reprit, dès 1922, son travail de menuisier. Il s’installa à Thuir, adhéra à la cellule communiste.
En 1925, François Rouquet quitta Thuir et s’établit à Fontpédrouse ; il en fut conseiller municipal de mai 1925 au 28 février 1932. En 1926, il fut embauché comme ouvrier électricien par la Compagnie des chemins de fer du Midi. Jusqu’en 1954, date à laquelle il prit sa retraite, il travailla à l’usine hydro-électrique de La Cassagne.
Militant de la CGTU puis de la CGT, François Rouquet fonda à Fontpédrouse une éphémère cellule communiste. Il s’éloigna du Parti communiste pour rejoindre le Parti socialiste SFIO. Il existait, dès le début de 1932, un groupe assez important d’adhérents de la SFIO dont il semble avoir été l’animateur. En effet, à la suite de la dissolution du conseil municipal, il conduisit une liste de douze adhérents de la SFIO au scrutin du 28 février 1932 et devint maire de Fontpédrouse. Fin 1935 ou début 1936, les douze élus municipaux socialistes SFIO de Fontpédrouse adhérèrent au Parti communiste. Sa gestion des affaires municipales fut souvent présentée comme un modèle par les dirigeants de la Région catalane du Parti communiste.
En 1940, il fut interné au centre de séjour surveillé de Rivel (Aude), puis transféré à celui de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn). Après la Libération, François Rouquet fut constamment réélu maire de Fontpédrouse (20 août 1944-13 mars 1971). Élu conseiller municipal au dernier scrutin de 1971, il fut désigné maire honoraire de la commune.

Il s’était marié à Fontpédrouse le 16 août 1924 avec Catherine Pacourt.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8322, notice ROUQUET François par André Balent, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 6 septembre 2015.

Par André Balent

SOURCES : Arch. Dép. Pyrénées-Orientales, 2 M 5/289 ; 2 M 5/302, 303, 304, liasse 169. — Le Travailleur catalan, 23 octobre 1970. — L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, août 1971. — Rens. de par J.-L. Alvarez. — Ach. Com. Fontpédrouse.— Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément