TERRES René, Gaston

Par Marie-Louise Goergen

Né le 3 octobre 1897 à Rouffiac (Tarn), mort le 8 juin 1972 à Rouffiac ; chef de train ; militant communiste ; secrétaire du syndicat CGT des cheminots d’Albi (Tarn) ; secrétaire adjoint du syndicat Paris-Sud-Ouest.

Fils d’un cantonnier, René Terres était secrétaire du syndicat CGT des cheminots d’Albi (Tarn) en 1923.

Depuis juin 1926 au moins, il assumait la fonction de secrétaire du syndicat confédéré [CGT] des cheminots d’Eygurande-Merlines (Corrèze).

Il figura, en janvier 1928, sur la liste des candidats présentés par la CGT lors de l’élection des membres du Conseil supérieur des chemins de fer. Il en fut de même en février 1928.

En mars 1930, il fut signalé comme étant le secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Toulouse.

Chef de train en 1941, domicilié 105, rue Raymond Lefèvre à Gentilly (Seine, Val-de-Marne), il fut secrétaire adjoint du syndicat Paris-Sud-Ouest qui, selon la police, regroupait 3 294 adhérents et avait son siège au domicile de son secrétaire général, Albert Naudin, au 238, rue de Tolbiac à Paris (XIIIe arr.). En mars 1944, il n’était plus secrétaire adjoint. En 1957, il était secrétaire de la section syndicale des retraités.

Adhérent du PCF à partir de 1945, René Terres était secrétaire de la section de Marsac et membre du Comité fédéral de la Fédération PCF du Tarn en 1957.

René Terres s’était marié en 1919 à Castelnau-de-Levis (Tarn) avec Hélène Cassan.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8925, notice TERRES René, Gaston par Marie-Louise Goergen, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 13 juin 2020.

Par Marie-Louise Goergen

SOURCES : Arch. PPo., dossier RG n° 72.672 (note de mars 1941). — Comités fédéraux du PCF. — Le Cri des travailleurs, 17 mars 1923. — Le Peuple, organe quotidien du syndicalisme, 13 et 30 novembre 1923, 28 mars, 4 juin, 1er novembre 1924, 1er avril 1925, 3 mars, 1er octobre 1928 (BNF-Gallica). — La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGT] des travailleurs des chemins de fer, 1er juin 1926-1er juillet 1934 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — Notes de Louis Botella. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément