TEURQUETIT Émile, Eugène, Léon

Par Claude Pennetier

Né le 30 novembre 1887 à Pont-l’Évêque (Calvados), mort le 7 juillet 1968 à Évreux (Eure) ; employé des chemins de fer ; conseiller municipal socialiste-communiste de Malakoff (Seine, Hauts-de-Seine).

Fils d’un terrassier, Émile Teurquetit, employé des chemins de fer, fut élu le 10 mai 1925 conseiller municipal socialiste-communiste de Malakoff sur la liste d’Unité prolétarienne et socialiste dirigée par le communiste Léon Piginnier*. Cette liste comprenait quinze communistes et douze socialistes-communistes (voir Robert Roche*). Émile Teurquetit siégea jusqu’en mai 1929 date à laquelle il conduisit, sans succès, la liste socialiste-communiste.

Expéditionnaire au dépôt de Montrouge, Émile Teurquetit figura, en février 1928, sur la liste des candidats présentés par la CGTU lors de l’élection des membres du Conseil supérieur des chemins de fer.

Appartenant à la minorité au sein de la Fédération CGTU des cheminots, il rejoignit la CGT - avec d’autres militants de la CGTU - et était, depuis avril 1932 au moins secrétaire adjoint de l’Union des syndicats confédérés de cheminots du réseau de l’État, fonction qu’il occupait encore le 1er avril 1940. Il siégeait alors également au sein du conseil de la Fédération CGT des cheminots.

À la fin de sa vie, Émile Teurquetit était inspecteur honoraire de la SNCF.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8938, notice TEURQUETIT Émile, Eugène, Léon par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 13 juin 2020.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Seine, DM3 ; vers. 10451/76/1. — Arch. Com. Malakoff. — Notes de Fabienne Laurioux. — La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGTU] des travailleurs des chemins de fer, 1er février 1928, 15 janvier 1931, 1er janvier 1932. — La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGT] des travailleurs des chemins de fer, 15 avril 1932, 1er juillet 1934, 1er décembre 1935, 20 juin 1938 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément