JOURNEAU Christiane, Juliette

Par Jacques Girault

Née le 5 janvier 1935 à Reims (Marne) ; institutrice dans la Marne ; militante syndicaliste du SNI puis du SNI-PEGC et de la FEN ; militante du SNUipp et de la FGR. — militante communiste.

Son père, ouvrier électricien, communiste, fut muté à Fismes (Marne) en 1937 pour avoir participé à la création d’un syndicat. Entré à l’Electricité de France, il revint à Reims en 1948. Sa mère était couturière. Le couple, athée, votait communiste. Christiane Journeau entra en 1946 au collège moderne de Reims puis à l’Ecole normale d’institutrices de Châlons-sur-Marne en 1951, directement en classe de première. Nommée institutrice à Reims en 1955, elle fit toute sa carrière à l’école Jamin jusqu’à sa retraite en 1990.

Adhérente au Syndicat national des instituteurs dès le début de sa carrière, elle devint membre de la commission nationale des jeunes. Responsable de la commission départementale des jeunes en octobre 1958, elle devint membre du conseil syndical de la section départementale du SNI et secrétaire administrative en 1963. Elle fut élue à la commission administrative paritaire départementale.

Christiane Journeau intervint au nom de la section de la Marne au congrès national du SNI, le 5 juillet 1960. Sa section votait le rapport moral mais souhaitait la suppression totale des abattements de zones pour maintenir des instituteurs dans les postes ruraux. Le 22 décembre 1963, candidate au bureau national sur la liste « Pour un SNI toujours plus uni, toujours plus fort », elle fut élue en cinquième position. Elle en resta membre, représentant le courant Unité et Action, jusqu’en 1987. Elle siégeait en même temps au titre de son syndicat à la commission administrative nationale de la Fédération de l’Education nationale en tant que suppléante puis titulaire à partir de 1982, jusqu’en 1985.

Pour l’année 1964-1965, elle fit partie des commissions nationales du SNI des œuvres et réalisations sociales, des jeunes et de la propagande. Elle fut candidate le 6 avril 1965 à la commission administrative paritaire centrale.

Christiane Journeau militait au Parti communiste français depuis juin 1958. Trésorière de sa section, elle était en 1963 secrétaire de la cellule communiste Mathieu-Kerger à Reims. La même année, elle participa au stage central organisé pour les instituteurs communistes par le PCF (22 août- 7 septembre 1963). Pour se conformer avec les statuts du SNI, Léon Borgniet, secrétaire de la section du SNI, écrivit une lettre au secrétariat de la Fédération du PCF, le 27 octobre 1964, pour demander qu’elle soit déchargée de ses responsabilités politiques.

Retraitée, elle adhéra au SNUipp-Fédération syndicale unitaire, et milita à la Fédération générale des retraités de la Fonction publique, dont elle devint la secrétaire départementale en 1994. Entre 2003 et 2009, elle siégea au titre de la FGR au Comité national des retraités et personnes âgées, suppléante jusqu’en 2006, titulaire ensuite.

Depuis le début de sa carrière, elle s’investissait aussi dans des activités périscolaires.

Christiane Journeau fut, pendant quelques années, membre de la commission administrative de la section de la Marne de la Mutuelle générale de l’Education nationale. Après 1990, elle fut Déléguée départementale de l’Education nationale, militante active de l’appel des Cent pour la paix, du Mouvement national de lutte pour l’environnement et assura des permanences à Allo Maltraitance Personnes Agées.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89809, notice JOURNEAU Christiane, Juliette par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2010, dernière modification le 16 juin 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du Comité national du PCF. — Bulletin du SNI et de la FEN de la Marne, L’Ecole Libératrice. — Renseignements fournis par l’intéressée. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément