ADAM Gabriel [Saône-et-Loire]

Par Jean-François Poujeade, Stéphane Paquelin

Né le 31 mars 1931 au Creusot (Saône-et-Loire) ; traceur à la Société des forges et ateliers du Creusot (SFAC), ateliers de Montchanin (Saône-et-Loire, usine Henri Paul) puis employé de la ville de Grenoble (Isère) ; syndicaliste CGT et militant politique (MLP, UGS puis et PSU) de Montchanin et de Grenoble, militant associatif.

Fils et petit-fils d’employés de la SFAC à Montchanin (Saône-et-Loire) originaires de la Meuse (son père Toussaint Léon, originaire d’Autrécourt , Meuse, était charpentier à la SFAC, délégué ouvrier CGT en 1936), Gabriel Adam était le second d’une famille de quatre enfants qui seront tous des militants syndicalistes de la région du Creusot. De ses parents Gabriel Adam avait le côté catholique pratiquant de sa mère, sans profession, et le côté militant de gauche de son père (ce dernier était athée). Tout le parcours syndicaliste et politique de Gabriel Adam était caractérisé par ces deux facettes.

Titulaire du certificat d’études primaires, Gabriel Adam entra à la SFAC en 1946 où il passa deux années d’apprentissage pour décrocher un CAP de modeleur mécanicien puis de traceur en 1948. Il ne quitta la SFAC, où il fut traceur, qu’à son départ de la Saône-et-Loire en 1968. Parti faire son service en Allemagne d’avril 1951 au 15 octobre 1952, il ne s’engagea politiquement et syndicalement qu’à son retour, au MLP en 1953 puis à la CGT en 1954.

Croyant, Gabriel Adam était militant du MLP lorsqu’il adhéra à l’UGS à sa fondation en décembre 1957. Il en devint le secrétaire fédéral pour la Saône-et-Loire en février 1958. Son parcours le conduisit au PSU dont il fut rapidement le secrétaire pour la section de Montchanin. Néanmoins Gabriel Adam continua à être un militant syndical puisqu’il fut membre de la commission exécutive de l’UD-CGT, secrétaire de la section syndicale CGT à l’usine Henri Paul (syndicat des métaux du Creusot), délégué du personnel, membre du comité d’établissement et membre du comité central d’entreprise. Ce parcours impliqua une formation syndicale poussée à travers une école de formation syndicale élémentaire puis moyenne et enfin une école de responsables (il suivit également la formation spécifique des membres des comités d’entreprise). Son activité syndicale fut la plus féconde car le PSU n’eut jamais un poids très important en Saône-et-Loire même si la région du Creusot et de Montchanin apparut (notamment après la démission de ce parti du maire de Montceau-les-Mines, Pierre-Ferdinand Mazuez*) comme le pôle principal du PSU dans le département. Néanmoins il fut le candidat du PSU à toutes les élections ; il fut notamment le suppléant d’Henri Mézières aux élections législatives de novembre 1962 dans la 4e circonscription et candidat aux élections cantonales de 1964 à Montchanin (battu dès le premier tour avec 5,82 % des suffrages exprimés). En 1965, il était sur la liste d’union avec les communistes aux élections municipales de Montchanin.

Gabriel Adam milita également au Mouvement de la paix de 1956 à 1967, au Secours populaire et à la Confédération nationale du logement. Au début de 1968, il quitta Montchanin pour Grenoble sur les conseils de Jean Bron* car la ville avait besoin de main-d’œuvre pour les Jeux olympiques. Gabriel Adam devint par la suite animateur « bois » dans une Maison des jeunes et de la culture. Il continua à militer syndicalement (jusqu’à sa retraite) en étant notamment délégué du personnel à la ville de Grenoble jusqu’en 1980, mais il abandonna le PSU vers 1970 trouvant ce parti pas assez efficace (lutte des tendances) et pas assez proche du monde des travailleurs manuels et des masses populaires du fait d’un nombre important d’intellectuels dans ses rangs. À Grenoble, il s’impliqua dans la vie associative notamment dans une union de quartier et depuis quelques années dans les associations ATTAC et Grenoble Objectif Citoyenneté. Son épouse Aimée Adam*, née Ferreira, avec qui il se maria le 25 août 1956 fut également une militante importante au parcours similaire. Gabriel Adam fut lié à Jean Bron.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9671, notice ADAM Gabriel [Saône-et-Loire] par Jean-François Poujeade, Stéphane Paquelin, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 4 avril 2017.

Par Jean-François Poujeade, Stéphane Paquelin

SOURCES : Arch. ADIAMOS sur le PSU en Saône-et-Loire. — Renseignements fournis par Gilles Morin et Pascal Rigaud. — À travers la Saône-et-Loire, 15 mars 1964. — Questionnaire rempli par Gabriel Adam, mai 2002, lettre de Mme Adam, 24 novembre 2002. —Tribune du Peuple, 1er février 1958. — Courrier de l’UGS, 22 mai 1958. — Les élections législatives de 1962, La documentation française. — Tribune Socialiste, 14 mars 1964. — Fichiers des adhérents de l’UGS et du PSU. — État civil du Creusot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément