PONCET Paul, Jean, Baptiste

Par Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule

Né le 13 janvier 1878 à Lons-le-Saunier (Jura), mort le 17 mai 1962 à Paris (Xe arr.). Artiste peintre. Député de la Seine. Maire socialiste puis communiste puis socialiste SFIO de Montreuil-sous-Bois (Seine).

Paul Poncet
Paul Poncet

Fils d’un agent d’assurances, Paul Poncet, ancien élève de l’école des Beaux-Arts, était artiste peintre et collaborait à un grand nombre de journaux (notamment l’Humanité) en tant que dessinateur ou illustrateur. Militant socialiste, délégué du Rhône au congrès de Lyon en 1901, il représenta la Fédération de la Seine aux sept congrès du Parti socialiste SFIO qui eurent lieu avant la Première Guerre mondiale. Membre suppléant de la CAP en 1910-1911 puis titulaire de 1911 à 1914, aux élections d’avril 1914, il fut élu député par la 1re circonscription de Sceaux : au premier tour de scrutin il recueillit 5 533 voix sur 20 282 votants et, au second tour, 10 580 sur 20 162. En 1919, il occupait le troisième rang sur la liste socialiste menée par Jean Longuet* dans la 4e circonscription de la Seine ; cette liste échoua : P. Poncet recueillit 112 763 voix, la moyenne de sa liste s’élevant à 112 609. Quelques jours plus tard, il conduisit la liste socialiste aux élections municipales et enleva la municipalité de Montreuil-sous-Bois. Il devint alors maire de la commune. Remerciant les électeurs de la confiance qu’ils lui avaient témoignée, il déclara : « le principe essentiel du socialisme est que l’intérêt collectif doit toujours primer l’intérêt individuel. Or dans quel domaine ce principe peut-il recevoir mieux son application que dans le domaine municipal ? »

Directeur politique du Réveil de la banlieue Est, journal socialiste dont le gérant était Joseph Anne*, Paul Poncet signa la motion du Comité de la reconstruction de l’Internationale puis suivit, à la veille du congrès de Tours (décembre 1920), la section socialiste et la majorité des édiles au Parti communiste. L’Humanité annonça le chiffre de 275 cartes placées à Montreuil en 1921 qui attestait l’importance de la section communiste locale. Mais cette situation se détériora bientôt. Le IIe congrès de la SFIC qui se tint à Paris en octobre 1922 entérina la rupture entre le parti et la municipalité (sauf Léopold Patriarche*, voir ce nom) qui revint à la SFIO. Candidat avec succès aux élections législatives de 1924 sur la liste Laval avec Lucien Voilin, Paul Poncet, Jean Martin, Charles Auray, Charles Poncet fut réélu maire le 17 mai 1925 mais démissionna de sa fonction en mars 1926. Il avait alors quitté le Parti socialiste et était devenu républicain-socialiste.


Ce fut sous cette étiquette-là qu’il conserva un siège de député dans la première circonscription de Sceaux en 1928. Réélu conseiller municipal en mai 1929, il fut reconduit à la Chambre des députés en 1932 mais fut battu en 1936 par Jacques Duclos*, candidat du Front populaire.

Paul Poncet aurait appartenu à la Franc-maçonnerie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article126880, notice PONCET Paul, Jean, Baptiste par Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 11 août 2014.

Par Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule

Paul Poncet
Paul Poncet

SOURCES : Arch. Ass. Nat., dossier biographique. — Comptes rendus des congrès socialistes. — Arch. Dép. Seine, DM3, vers. 10451/76/1. — La Gazette de l’Est, 28 décembre 1919. — L’Humanité, 1921. — Dict., t. 14. — Cl. Willard, J. Fort, Montreuil-sous-Bois des origines à nos jours, Temps actuels, 1982.

ICONOGRAPHIE : Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes III, op. cit., p. 211.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément