WEINBACH Claude, Ernest [pseudonyme dans la résistance : Gentil]

Par Jean-Pierre Besse, Annie Pennetier

Né le 25 février 1906 à Paris (Ier arr.), exécuté le 25 juillet 1944 à Saint-Rémy-en-Rollat (Allier) ; négociant ; résistant ; agent de renseignement BCRA, membre du réseau Goëlette.

Fils d’Henry Weinbach (né en 1875 à Paris XXe arr.) fabricant de tissus de luxe et président de la chambre syndicale des négociants en draperie et doublure et d’Yvonne Jacob (née en 1881 à Paris IIe arr.), Claude Weinbach fit des études de Sciences politiques et était licencié en droit. L’entreprise et le domicile familial étaient situés 60 rue de Richelieu à Paris IIe arr., où il y exerçait l’activité de négociant en tissus.Marié à Yvonne Dornès le 17 septembre 1930 à Paris, il divorça et se remaria à Marguerite Mayer, française, le couple avait un enfant.
Il avait fait son service militaire comme lieutenant dans l’administration PMS Artillerie après avoir suivi l’École d’administration de Vincennes.
Mobilisé, il fut pendant la guerre affecté au dépôt d’habillement de Vanves. Résistant, il a appartenu au « sous-réseau » Goëlette du réseau Phratrie, à compter du 1er novembre 1943 jusqu’au 1er mai 1944. Cet important sous-réseau, dirigé principalement par Serge Morizot, alias Diane, alias Berthe, était chargé par le BCRA de rechercher des renseignements sur les relations de l’État Français avec l’Occupant notamment à Vichy dans l’entourage du Maréchal Pétain, dans les ministères et les ambassades. Hormis le secteur politique, Goëlette recherchait aussi des renseignements militaires, sur les moyens de transport, de communication et l’économie de guerre. Ses activités s’étendaient principalement en zone sud pour R6 (Auvergne) à Vichy et Châtel-Guyon.

Claude Weinbach, alias Gentil, fut muté à cette date comme chef de service à la Centrale à Vichy (Allier). Il fut arrêté le 24 mai 1944 dans cette ville par la Milice.

Livré aux Allemands, il fut torturé puis exécuté le 25 juillet 1944 en forêt de Marcenat avec trois autres résistants (Jean-Louis Clavel, Joseph Kespy et Frédéric Marcus). A l’exception de Frédéric Marcus, ils sont tous décorés de la Médaille de la Résistance (avec rosette pour R. Kespy) et sont Chevaliers dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur. Claude Weinbach a reçu à titre posthume la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de vermeil.

L’acte de décès à la mairie de Saint-Rémy-en-Rollat est ainsi rédigé :
" Le corps numéro 4 : trente cinq ans environ, 1m75, cheveux chatain moyen, yeux marron clair, chemise bleu clair, caleçon blanc court, complet gris clair, chaussettes noir, souliers bas noirs à semelle de caoutchouc, alliance en métal blanc". Ce corps fut reconnu comme étant celui de Claude Weinbach par jugement du tribunal civil de Gannat 10 avril 1945.

Reconnu P2 comme chef du secrétariat du réseau Goëlette avec engagement reconnu au 1er novembre 1943, Claude Weinbach fut homologué, à titre posthume, lieutenant des Forces Françaises Combattantes (décret du 14 octobre 1946, JO du 25-11-1946) avec prise de rang le 1er juin 1944 et reçut la Médaille de la Résistance en octobre 1945.
Déportés, son père mourut à Auschwitz et sa mère à Birkenau tous deux en 1944.

Le nom de Claude Weinbach est gravé à Paris VIIe sur la plaque commémorative de l’École libre des Sciences politiques, et à Vichy sur le monument aux morts ainsi que sur le monument commémoratif à la Résistance au cimetière des Bartins.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158718, notice WEINBACH Claude, Ernest [pseudonyme dans la résistance : Gentil] par Jean-Pierre Besse, Annie Pennetier, version mise en ligne le 7 mai 2014, dernière modification le 24 octobre 2019.

Par Jean-Pierre Besse, Annie Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen, AC 21 P 275 692 .— SHD Vincennes, GR 16 P 602024. Dossier résistant de Claude Weinbach .— Site internet mairie de Saint-Rémy-en-Rollat. — MémorialGenweb .— état-civil Paris.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément