CASANOVA Paul, Élie

Par Odette Hardy-Hémery

Né le 19 novembre 1917 à Bastia (Corse) ; fusillé le 7 août 1944 à Seclin (Nord) ; officier de la paix ; résistant membre du BOA.

Paul-Élie Casanova était le fils d’un capitaine de l’armée. Bachelier en philosophie, il effectua son service militaire comme aspirant dans l’armée de l’Air. Le 6 mai 1942, il entra à l’école des commandants et officiers de paix de la Police nationale. Alors que la guerre battait son plein, il fut affecté pour son premier poste à Denain, dans le commissariat de la rue de Villars. Dès novembre 1943, il prit contact avec le mouvement « Libération » et prit le commandement du groupe de Denain qui, par la suite, fusionna avec d’autres groupes.

En avril 1944, Paul-Élie Casanova intégra le BOA, un mouvement de résistance militaire : il fut chargé plusieurs fois d’opérations de surveillance de la police allemande, ce qui lui permit d’aider plusieurs résistants à échapper à l’arrestation. Toujours au printemps 1944, il prit en charge un important stock d’armes qui lui permit de compléter l’armement des FTP. En juillet, il prépara un vaste plan d’attaque de la Kommandantur de Valenciennes où était enfermé son chef, Gaston Lépine. Il fournit aussi informations et pièces d’identité au groupe de Robert Verrier. Le 21 juillet 1944, une équipe de la Gestapo vint l’arrêter à son domicile, tandis que deux autres policiers résistants, les inspecteurs Noirbant et Brans, parvenaient à s’échapper. Quatre accusations furent retenues contre lui : prévenir les personnes recherchées par les autorités d’occupation, fournir des moyens en hommes et en matériel aux résistants-saboteurs ; avoir constitué un dépôt d’armes ; avoir formé un noyau de résistants dans les commissariats de Lourches et d’Escaudain. Condamné à mort le 1er août 1944 par le tribunal militaire allemand de Lille (OFK 670), il fut fusillé le 7 août 1944 au fort de Seclin en même temps que son camarade Robert Verrier. En 1982, la police nationale lui rendit hommage en donnant son nom à la 34e promotion de l’École nationale des officiers de paix, lors de son baptême à Nice.

Son nom figure sur la stèle commémorative du fort de Seclin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article104053, notice CASANOVA Paul, Élie par Odette Hardy-Hémery, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 5 mai 2022.

Par Odette Hardy-Hémery

SOURCE : Arch. Musée de la Résistance à Denain. — DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – État civil. — Notes Delphine Leneveu.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément