JOMARD Claudius, dit Dius , alias Ernest Buisson

Par Jean-Pierre Besse, Maurice Moissonnier

Né le 12 septembre 1901 à L’Arbresle (Rhône), mort en déportation en mai 1945 au large de Brême (Allemagne) ; métallurgiste ; militant syndicaliste ; résistant FTPF dans la Haute-Garonne puis le Rhône.

Le père de Claudius Jomard était boulanger, lors de sa naissance, et lors de la naissance de son frère Francisque, il était mentionné comme secrétaire de mairie. Claudius Jomard obtint son certificat d’études à l’école primaire de l’Arbresle et travailla d’abord comme commis de ferme à Nuelles (Rhône). A la fin de la guerre, il entra comme commis à la Société des Câbles de Lyon où, après avoir milité dans la CGTU, il devint, après 1936, délégué de la CGT réunifiée. Pendant son service militaire, il avait fait partie des troupes d’occupation de la Ruhr.
Ouvrier aux Câbles de Lyon en 1939, il fut mobilisé puis affecté dans l’aviation à Mérignac (Gironde).
_ À la différence de son frère Francisque, il ne fut pas inquiété par le gouvernement de Vichy en 1940. En janvier 1943, désigné pour le service du travail obligatoire en Allemagne (STO), il refusa de se soumettre à la réquisition et rejoignit des réfractaires dans les Pyrénées. Intégré dans les Francs-Tireurs et Partisans Français (FTPF), il devint agent de liaison pour la zone sud et participa à plusieurs déraillements de trains dans la région de Toulouse, comme chef de compagnie FTP.
Revenu à Lyon en mars 1944, il fut arrêté le 14 mai 1944 avec son frère Francisque Jomard (commissaire aux effectifs de la zone sud) et son agent de liaison Eugénie Rosellini secrétaire de ce dernier à Millery (Rhône). Interrogé dans les locaux de l’École de santé militaire, il fut ensuite interné dans la prison du fort Montluc à Lyon. Il fut déporté dans le convoi parti de Compiègne le 15 juillet 1944 vers Neuengamme (matricule 36836) puis face à l’avance des alliés sur le camp de Bremen-Farge.
En avril 1945, il figura dans les colonnes de déportés évacuées vers Hambourg par les nazis devant l’avance des alliés. Il fut porté disparu en mer Baltique dans le bombardement du « Cap Arcona » par l’aviation britannique dans la baie de Lübeck le 3 mai 1945, suite à un acte de malveillance des autorités allemandes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article114531, notice JOMARD Claudius, dit Dius , alias Ernest Buisson par Jean-Pierre Besse, Maurice Moissonnier, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 8 juin 2021.

Par Jean-Pierre Besse, Maurice Moissonnier

SOURCES : Arch. de l’UD-CGT du Rhône. — Bruno Permezel, Résistants à Lyon, Villeurbanne et aux alentours, 2824 engagements, Editions BGA Permezel, 2003.—Témoignage de sa sœur Mme Chalaye.— Fondation pour la Mémoire de la déportation, date de décès indiquée 1er avril 1945. — Notes Annie Pennetier. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément