LAGRANGE Maurice

Par Jacques Girault et Jean Massé

Né vers 1889, Maurice Lagrange, dont la mère habitait Vincennes (Seine), avait été, avant la Première Guerre mondiale, le secrétaire du syndicat CGT des Métaux du XXe arr. de Paris. Affecté spécial au début du conflit aux usines Schneider à La Londe (Var),il diffusa un tract pour la paix en février 1917 et fut élu délégué ouvrier dans l’été 1917. Il organisait un syndicat des ouvriers mobilisés à La Londe lorsqu’il fut renvoyé de l’usine. Où alla-t-il ? Fut-il rayé de l’affectation spéciale ? Il travaillait aux Forges et chantiers de la Méditerranée à La Seyne (Var) en 1919. Dirigeant de « tendance anarchiste » du syndicat, il anima la longue grève du 10 juin au 28 juillet 1919. Orateur au meeting du 1er Mai, trésorier du comité de grève, sa correspondance surveillée par la police révélait des contacts avec les dirigeants de la Fédération CGT des Métaux par l’intermédiaire de son frère, resté à Paris. Le 9 juillet, rappelé à son dépôt, le sixième régiment de Hussards, mis en sursis d’appel, il revint le 24 juillet.

Lagrange fut-il renvoyé des chantiers ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article115412, notice LAGRANGE Maurice par Jacques Girault et Jean Massé, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

Par Jacques Girault et Jean Massé

SOURCES : Arch. Dép. Var, 4 M 43, 4 M 54, 4 M 56.7, 3 Z 4.21, 3 Z 4.24, 3 Z 16.7. — Presse locale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément