MATHIEU Charles, Joseph, Étienne

Par Pierre Lévêque

Né le 18 décembre 1891 à Flée (Côte-d’Or), mort le 23 février 1975 à Dijon (Côte-d’Or) ; instituteur ; militant syndicaliste du SNI et coopérateur ; résistant ; militant socialiste.

Fils d’instituteur, instituteur lui-même, Charles Mathieu exerça à Bierre-en-Morvan en 1911-1912 puis, après la guerre de 1914-1918 au cours de laquelle il fut blessé et gazé, à Flée de 1919 à 1929 puis à Précy-sous-Thil de 1929 à 1939 et de 1941 à 1944. Il se maria en 1923 à Bierre-lès-Semur (Côte-d’Or) ;

Membre du Syndicat national des instituteurs en 1919, Charles Mathieu se consacra surtout au développement du syndicalisme agricole dans les communes où il exerça : il fonda d’abord un syndicat à Flée, qui fusionna ensuite avec celui de la commune voisine de Bierre-lès-Semur ; à Précy, il contribua à la formation de la coopérative du blé et à l’installation d’un magasin de l’Union des coopérateurs de Lorraine. Sous le Front populaire, il fonda à Précy-sous-Thil avec quelques amis une section du Parti socialiste SFIO, qui compta une vingtaine d’adhérents.

Très lié à Claude Guyot, maire socialiste d’Arnay-le-Duc, Charles Mathieu prit part à la Résistance en Auxois, ce qui lui valut d’être décoré de la médaille de la Résistance et d’être fait officier de la Légion d’honneur. Il devint, en 1944-1945, secrétaire du comité départemental de Libération.

De 1945 à 1949, il fut directeur du quotidien socialiste la Bourgogne républicaine.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article121028, notice MATHIEU Charles, Joseph, Étienne par Pierre Lévêque, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 26 avril 2021.

Par Pierre Lévêque

SOURCES : Renseignements communiqués par l’intéressé. — Le Coopérateur de France, éd. Lorraine, 22 mars 1975. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément