MERCIER Édouard

Né le 23 août 1869 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; instituteur ; socialiste SFIO ; franc maçon, responsable des Amis de l’Instruction laïque à Marseille.

Professeur de l’enseignement primaire supérieur, Édouard Mercier présidait la Fédération des œuvres scolaires des Bouches-du-Rhône. Président aussi des AIL (Amicales de l’instruction laïque) du 8e canton et secrétaire de la 8e section du Parti socialiste SFIO de Marseille entre 1928 et 1935, il se présenta sans succès aux élections municipales de 1929 sur la liste d’Henri Tasso.
Dénoncé comme antigouvernemental par le maire de Cuges-les-Pins (Bouches-du-Rhône) où il avait sans doute une résidence seconfaire, il fut l’objet d’une enquête de la Police spéciale qui, dans son rapport du 12 septembre 1941, signalait qu’il habitait boulevard Chave à Marseille, qu’il s’agissait d’un dignitaire franc-maçon et d’un communiste "notoire"... Il était précisé aussi qu’ancien directeur de l’école des Présentines en retraite, il avait présidé la Fédération des Amis de l’Instruction laïque de Marseille et qu’il présiderait le comité du Secours national du 8e canton. Le maire de Ciges avait refusé de lui délivrer un permis de chasse... Ce rapport ne semble pas avoir eu de suites.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article121709, notice MERCIER Édouard , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 4 avril 2021.

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône 5 W 210 (dossier internement Albert Revel). — Presse locale. — notes Jean-Marie Guillon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément