POULLEAU François

Par Pierre Goujon

Né le 2 février 1897 à Épinac-les-Mines (Saône-et-Loire), mort le 15 octobre 1975 à Saint-Georges-de-Didonne (Charente-Maritime) ; militant communiste d’Autun.

Fils d’un machiniste, François Poulleau, instituteur à Curgy (Saône-et-Loire), fut secrétaire du sous-rayon d’Autun en 1932 (voir Claude Dardeau). Il réussit à créer dans sa petite commune rurale une cellule qui, en 1934, réunissait dix adhérents et dont il fut naturellement le secrétaire. En 1935, il appartenait au comité de région de Saône-et-Loire. Toujours présent lors des luttes sociales dans la région d’Autun, il s’assura ainsi une réelle influence parmi la population ouvrière et fut élu en octobre 1933 à la commission exécutive de l’union locale des syndicats unitaires d’Autun. De plus, il était en 1935 secrétaire de la Fédération de Saône-et-Loire du Secours ouvrier international. En 1936, il fit une série de conférences à l’issue d’un voyage en URSS.

En octobre 1937, il fut candidat aux élections cantonales à Autun ; il recueillit 856 voix, soit 19 % des suffrages exprimés.

Dès 1930, le sous-préfet d’Autun réclamait contre lui des sanctions administratives en raison de son activité en faveur des chômeurs et au sein du Secours ouvrier international ; mais finalement ce n’est qu’en janvier 1940 qu’il fut poursuivi pour participation au maintien ou à la reconstitution d’un groupement dissous.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article127179, notice POULLEAU François par Pierre Goujon, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 6 avril 2021.

Par Pierre Goujon

SOURCES : Arch. Nat. F7/13130. — Arch. Dép. Saône-et-Loire, 30 M, 41 M. — L’Humanité, 1937.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément