MIE Louis (fils)

Né le 28 février 1831 à Tulle (Corrèze), mort des suites d’une maladie de poitrine, le 31 octobre 1877 ; avocat de Périgueux (Dordogne) ; député radical et socialisant de Bordeaux en 1877, après avoir été le dirigeant du parti républicain en Dordogne sous le Second Empire.

Louis Mie était probablement le fils du capitaine Mie et sûrement le neveu, et non le fils d’Auguste Mie.

Journaliste plein de verve polémique et avocat fougueux, républicain intransigeant, il plaida dans de nombreux procès politiques et devant les tribunaux de tout le Sud-Ouest. Ainsi défendit-il, avec Charles Floquet, les Internationaux du Midi, à Toulouse, en mars 1873. (A. Zévaès, De la semaine sanglante au congrès de Marseille, p. 14.)

En avril 1871, il avait été délégué par le département de la Dordogne pour tenter une réconciliation entre le gouvernement de Versailles et la Commune.

Élu député de Bordeaux à une élection partielle, le 27 mars 1877, Louis Mie siégea à peine avant la dissolution de la Chambre. Il fut un des 363, et les électeurs lui confirmèrent leur confiance le 18 octobre, mais il mourut avant d’être revenu à Versailles.

Il ne plaidait plus depuis qu’en 1874, il avait, dans une brochure retentissante, dit ce qu’il pensait du métier d’avocat et de son usage.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article150221, notice MIE Louis (fils), version mise en ligne le 13 novembre 2013, dernière modification le 13 novembre 2013.

OEUVRE : Il s’agit de libelles républicains et anticléricaux, pour la plupart sous couverture rouge sang. — La Franc-maçonnerie et l’évêque de Périgueux, 1869. — Le Soldat sait mourir, le Peuple doit payer, 1869. — Théories et petits négoces de Monsieur le Curé, 1869. — La République par la Loi, 1870. — Tu ne défendras plus, 1874.

SOURCE : Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément