MARIATTE François, Eugène [Dictionnaire des anarchistes]

Par Étienne Kagan, notice complétée par Guillaume Davranche

Né le 29 octobre 1866 (ou le 13 février 1869 ?) à Nancy (Meurthe-et-Moselle) ; ouvrier verrier ; anarchiste, antimilitariste et syndicaliste.

Enfant naturel reconnu en 1871, fils d’une couturière et d’un fabricant, Eugène Mariatte était déjà en 1891 gérant de L’Indépendant, journal anarchiste publié à Commercy (Meuse) qui n’eut que trois numéros entre juillet et septembre.

Il milita ensuite au Groupe d’études sociales de Nancy et participa à la création, en juillet 1904, du Cri populaire, journal dont il fut le gérant de 1905 à 1907 et auquel il collabora activement, ainsi qu’à La Vie sociale puis à La Voix sociale. À ce titre, il fut traduit plusieurs fois devant les tribunaux, notamment pour propagande antimilitariste. Il avait en effet créé en octobre 1904, à la bourse du travail de Nancy, une section de l’Association internationale antimilitariste (AIA) qui groupait soixante-dix membres – au nombre desquels Beaurieux, Coffigny, Collongy, Gaertner, Humbert, Ludmann et Marchal – et qu’il dirigea jusqu’en octobre 1906.

Dans ses articles il prônait l’abstentionnisme électoral, attaquait le Parti socialiste et accusa le socialiste Varède d’avoir été corrompu par de Wendel.
En 1908, il collabora à l’hebdomadaire de l’union des syndicats des Ardennes, Le Travailleur des Ardennes, dont le responsable était Alphonse Taffet.
Après 1919, Eugène Mariatte fut secrétaire de la fédération de Meurthe-et-Moselle de la Libre Pensée jusqu’en 1929 et collabora au Réveil ouvrier jusque vers 1935, où il écrivait surtout des articles anticléricaux, signés « le montreur d’ours » et, vraisemblablement aussi, « Grosjean, cul-terreux à Malzéville ». À cette époque, il semble bien qu’Eugène Mariatte ait travaillé à son compte comme maraîcher.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155563, notice MARIATTE François, Eugène [Dictionnaire des anarchistes] par Étienne Kagan, notice complétée par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 10 avril 2014, dernière modification le 28 juin 2020.

Par Étienne Kagan, notice complétée par Guillaume Davranche

SOURCES : État-civil de Nancy. — Arch. Nat. F7/13567 et 13608. —Arch. Dép. Meurthe-et-Moselle, 4 M 272. — Le Cri populaire, 18 janvier 1908 (photo). —René Bianco, Cent ans de presse…, op. cit. — Note de Rolf Dupuy.

Version imprimable Signaler un complément