PERRUCA Jean, Delphin [déclaré JOANNI Ivan puis rectifié ; pseudonyme dans la Résistance VOYER Jean]. Écrit parfois par erreur PERRUCCA.

Par Jean-Marie Guillon

Né le 27 juin 1926 à Flumet (Savoie), abattu le 2 janvier 1944 à la ferme de la Limate (Signes, Var) ; maître de ski ; maquisard FTP.

Fils de Dominique Perruca, ardoisier, et de Marie Piumino, ménagère, nés à Locana (province de Turin, Italie), Jean Perucca était moniteur de ski à Mégève (Haute-Savoie) durant l’hiver. Résidant à Sainte-Maxime (Var), membre des FTP, Jean Perrucca rejoignit le camp Faïta, à ses débuts, en mai 1943, alors qu’il stationnait non loin de là, dans les Maures, sur le territoire de Roquebrune-sur-Argens (Var). Au dernier trimestre 1943, il faisait partie du détachement Guy Môquet (ou Marat selon d’autres sources) qui stationnait non loin de Toulon, à la ferme Limattes, sur la commune de Signes. Certaines sources le donne comme Ivan Joanni qui était vraisemblablement l’une de ses fausses identités. Jean Perucca fut abattu avec huit autres de ses camarades et le berger qui les aidait lors de l’attaque du camp, le 2 janvier 1944, par des hommes de la Wehrmacht et leurs auxiliaires de la 8e compagnie Brandebourg qui stationnaient à Bandol (Var). Son dossier du SHD de Vincennes lui donne comme surnom Zazou, peut-être par erreur car ce surnom paraît être celui de Joseph Gianna, tué avec lui.
La mention « Mort pour la France » lui a été attribuée. Les obsèques des victimes du massacre furent suivies le 5 janvier par une grande partie de la population du village. Outre la tombe collective qui se trouve au cimetière de la commune, deux stèles commémoratives furent érigées en 1945, l’une sur les lieux du drame, une autre à la sortie du village de Signes. Tous les 2 janvier, la municipalité organise une cérémonie à leur mémoire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article159497, notice PERRUCA Jean, Delphin [déclaré JOANNI Ivan puis rectifié ; pseudonyme dans la Résistance VOYER Jean]. Écrit parfois par erreur PERRUCCA. par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 24 juin 2014, dernière modification le 12 février 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. dép. Var 12 W 36 (cour de justice de Toulon, dossier Bonnefoy). ⎯ témoignages. ⎯ Site internet Mémoire des hommes SHD Caen AC 21 P 128700 et Vincennes GR 16 P 470018 (orthographe erronée : Perruca). ⎯ Louis Gazagnaire, Le peuple héros de la Résistance. Témoignages de patriotes de Provence, Paris, Éditions sociales, 1971. ⎯ Jean-Marie Guillon, “ De la mort de maquisards au souvenir de la Résistance. Signes (Var), 2 janvier 1944-2 janvier 2006 ” in Gilbert Buti et Anne Carol dir., Comportements, croyances et mémoires, Europe méridionale XVe-XXe s., Aix-en-Provence, PUP, 2007 — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément