CARPEAUX Marc, Léon, Simon, Hector.

Par Jean-Louis Delaet - Jean-Paul Mahoux

Buvrinnes (aujourd’hui commune de Binche, pr. Hainaut, arr. Soignies), 7 juillet 1907 – Forest (pr. Brabant, arr. Bruxelles ; aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale), 6 octobre 1990. Ouvrier verrier puis employé à la Fédération générale du travail de Belgique, militant syndical socialiste, conseiller communal de Lodelinsart (aujourd’hui commune de Charleroi, pr. Hainaut, arr. Charleroi) puis échevin de Saint-Gilles (Bruxelles).

Coupeur de verre et militant syndical dans la région de Charleroi, Marc Carpeaux est le fils d’Auguste Carpeaux, verrier, et de Léa Majot, mère au foyer. Bien que non pas renseigné dans la liste des collaborateurs, il est administrateur de L’Action socialiste, hebdomadaire de la Fédération syndicale de Charleroi, de 1928 à 1940.
Marc Carpeaux entre à l’École ouvrière supérieure (EOS) en 1933. En 1937, il dépose son mémoire sur la réadaptation professionnelle des travailleurs du verre chaud. Avant la guerre, il est adjoint de Léon Watillon* à l’Office du Droit ouvrier à Charleroi et conseiller communal à Lodelinsart.

Prisonnier de guerre en 1940-1945, Marc Carpeaux devient, en mars 1949, secrétaire de l’Office de droit social de la section régionale bruxelloise de la FGTB. Il est élu conseiller communal de Saint-Gilles en décembre 1952 puis est échevin de l’Instruction publique de mai 1954 à décembre 1976. Il reste conseiller communal jusqu’en février 1983. En octobre 1970, il est nommé conseiller social effectif de la Cour du travail de Bruxelles.

En mars 1936, Marc Carpeaux épouse à Jumet (aujourd’hui commune de Charleroi) Valentine Dumont qui lui donnera en 1946 un fils, Jean, né à Charleroi.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article164072, notice CARPEAUX Marc, Léon, Simon, Hector. par Jean-Louis Delaet - Jean-Paul Mahoux, version mise en ligne le 19 septembre 2014, dernière modification le 8 décembre 2019.

Par Jean-Louis Delaet - Jean-Paul Mahoux

SOURCES : SIMON-RORIVE M., La presse socialiste et révolutionnaire en Wallonie et à Bruxelles 1918-1940, Louvain-Paris, 1974, p. 42 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 42) – DIERICKX A., L’école ouvrière supérieure. Un laboratoire d’idées pour le POB, Bruxelles, 1996, p. 19-20.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément