BONNARDEL Jean, Marie, Victor

Par Julien Lucchini

Né le 12 novembre 1903 à Rive-de-Gier (Loire), fusillé comme otage le 24 octobre 1941 au camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) ; miroitier ; militant communiste dans la clandestinité.

Fils d’Albert Bonnardel, chaudronnier, et de Gabrielle Vallin, ménagère, Jean Bonnardel, résident de Villenave-d’Ornon (Gironde), s’était marié le 15 juillet 1929 à Talence (Gironde) avec Alice Dorbes et était père de deux enfants. Miroitier à la Société économique des routes, il militait au Parti communiste avant guerre et, si l’on en croit les informations du Comité du souvenir de Souge, avait cinq enfants à charge.
Militant communiste dans la clandestinité, il s’occupait de propagande. Le 22 novembre 1940, la police française l’arrêta dans sa ville. Il fut assigné à résidence au foyer des émigrants, 24 quai de Bacalan à Bordeaux, en compagnie de 147 autres communistes, pour son activité militante. Interné au camp de Mérignac (Gironde), il refusa de devenir indicateur des forces de police et, pour cela, demeura captif et fut désigné comme otage.
C’est comme tel que Jean Bonnardel fut exécuté le 24 octobre 1941, ainsi que quarante-neuf autres otages, suite à l’attentat contre l’officier allemand Reimers le 21 octobre 1941 à Bordeaux. Son épouse tenta en vain de plaider sa cause auprès du commissaire de police qui refusa de la recevoir.
Son nom figure sur le Mémorial « À la mémoire des victimes de la barbarie nazie » de Villenave-d’Ornon ainsi qu’au mémorial du camp de Souge de Martignas-sur-Jalle (Gironde).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article167741, notice BONNARDEL Jean, Marie, Victor par Julien Lucchini, version mise en ligne le 19 novembre 2014, dernière modification le 7 juillet 2021.

Par Julien Lucchini

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – Christophe Dabitch, Les 50 otages, op. cit. – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit. – Mémorial GenWeb. – Site Internet de l’association des fusillés de Souge. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément