JEANSON Hubert, Luce [Pseudonyme dans la Résistance : JACQUES]

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 17 février 1921 à Baudement (Marne), exécuté sommairement le 22 août 1944 à Creney (Aube) ; cultivateur ; FTPF-FFI ; BOA ; FFC au titre du réseau Action D.

Hubert Jeanson
Hubert Jeanson
SOURCE : 
La Résistance et les FFI
dans l’arrondissement d’Épernay

Hubert Jeanson était le fils d’Eutrope Maximilien Jeanson, cultivateur, et de Juliette Albertine Luquet, sans profession. Célibataire, il était le dernier d’une fratrie de neuf enfants, dont huit garçons, et exerçait la profession de cultivateur à Baudement (Marne) dans la ferme familiale.

Hubert Jeanson participa dès 1942 à la Résistance avec plusieurs membres de sa famille . Leur ferme située à l’écart du village de Baudement servait de lieu de réunion, de refuge pour des réfractaires au STO, des membres d’équipage alliés, des résistants traqués.
Hubert Jeanson était le responsable du terrain de parachutage Du Bellay, situé sur le territoire de la commune de Baudement, qui avait été homologué par la RAF à la demande du BOA (Bureau des opérations aériennes) de la France libre. Ce terrain n’a pas été utilisé en raison de la proximité de postes de DCA allemands.
Recruté par le Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France, Hubert Jeanson fut chargé, sous les ordres de Maurice Cêtre, responsable régional des Francs-tireurs et partisans français (FTPF), de créer des pôles de résistance dans le sud-ouest marnais et l’ouest aubois.
Au cours de l’hiver 1942-1943, Hubert Jeanson chargea Maurice Camuset, peintre aux Ateliers SNCF de Romilly-sur-Seine, d’y créer un groupe de sabotage. Lui-même prit la tête dans les premiers jours de mai 1944 d’un maquis installé dans la ferme de Varsovie à La Chapelle-Lasson (Marne), à proximité du département de l’Aube. Ce maquis FTPF qui avait pris le nom de Compagnie France et dont le commissaire aux effectifs était le frère d’Hubert Jeanson, Guy Jeanson [pseudonyme dans la Résistance : Maurice Fèvre], dut se disperser fin mai 1944
Les maquisards s’installèrent dans la forêt de Traconne, puis passèrent dans l’Aube où la plupart rejoignirent le maquis de Rigny-la-Nonneuse. Après l’attaque du 14 juin 1944 sur ce maquis et sa dispersion, Hubert Jeanson poursuivit son action dans l’Aube, dans le secteur de Romilly-sur-Seine.

Arrêté à Troyes (Aube) le 10 août 1944, alors qu’il assurait une mission à vélo, il fut incarcéré à Troyes dans la prison de la rue Hennequin, où il retrouva ses frères Gabriel et Guy, ainsi que plusieurs camarades de la Compagnie France.

Le 22 août 1944, la Gestapo de Rennes repliée à Troyes avec des miliciens bretons appartenant à la Formation Perrot (Bezen Perrot), entreprit de vider la prison de la rue Hennequin où se trouvaient de nombreux FTPF-FFI faits prisonniers lors des attaques lancées par la Wehrmacht contre les maquis de l’Aube en juin-juillet 1944 avec l’appui de la Milice française. En fin d’après-midi, quarante-neuf détenus, dont faisait partie Hubert Jeanson, furent emmenés à bord de camions jusqu’au Champ de tir de Creney, où ils furent exécutés à la mitraillette, puis achevés à coup de revolver dans la tête.

L’acte de décès numéro 33 dressé à l’état-civil de Creney le 5 septembre 1944 le déclare « décédé le 28 août 1944 à 18 heures au lieudit Les Gambes ».

Hubert Jeanson est inhumé dans le cimetière de Baudement.

Il a été reconnu « Mort pour la France » en 1945. Il a été homologué FFI avec le grade de capitaine, et FFC au titre du réseau Action D. La Médaille de la Résistance avec rosette lui a été décernée par décret du 3 janvier 1946 publié au JO du 13 janvier 1946.

Dans l’Aube, le nom d’Hubert Jeanson est inscrit sur le monument des fusillés-exécutés de Creney et sur le monument de Rigny-la-Nonneuse dédié aux « Aux FTPF-FFI de la région morts pour la France ».
Dans la Marne, il figure sur la plaque commémorative apposée sur le mur de l’église de Baudement qui fait office office de monument aux morts et sur la liste des « Fusillés » du monument aux martyrs de la Résistance élevé à Épernay.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article175534, notice JEANSON Hubert, Luce [Pseudonyme dans la Résistance : JACQUES] par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 20 octobre 2015, dernière modification le 13 novembre 2020.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Hubert Jeanson
Hubert Jeanson
SOURCE : 
La Résistance et les FFI
dans l’arrondissement d’Épernay
Sur monument de Rigny-la-Nonneuse
Sur monument de Rigny-la-Nonneuse
Sur le monument aux morts de baudement
Sur le monument aux morts de baudement
Dans le cimetière de Baudement
Dans le cimetière de Baudement
La mémoire d'Hubert Jeanson à Creney
La mémoire d’Hubert Jeanson à Creney
Sur le monument</br>des fusillés-exécutés de Creney
Sur le monument
des fusillés-exécutés de Creney
Sur le monument</br>aux martyrs de la Résistance d'Épernay
Sur le monument
aux martyrs de la Résistance d’Épernay
SOURCE : 
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 56 865. – SHD, Vincennes, GR16 P 308727. – Arch. Dép. Marne, M 4774, fusillés ou exécutés par les Allemands, liste dressée à la demande du ministère de l’Intérieur en octobre 1944. – Arch. CH2GM-Marne, Dossier Sirot, BOA-Bloc Est-Marne. – ONACVG-SD 10. – Pierre Servagnat, La Résistance et les Forces Françaises de l’Intérieur dans l’arrondissement d’Épernay-Souvenirs du capitaine Servagnat (photo), Imprimerie de Montligeon, 1946. – Sébastien Touffu, " Hubert Jeanson ", in La Résistance dans l’Aube, dvd-rom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2010. – Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, dvd-rom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2013. – Daniel Jourdain et Claude Macé, La Résistance dans l’ouest aubois, ANACR, FNDIRP de Romilly, collectif Romilly 39-45 « l’impossible oubli », 2018. – Mémorial GenWeb. – État civil, Baudement (acte de naissance) ; Creney-près-Troyes (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément