CHAZOTTES Antoine, Alexandre ou CHAZOTTE Antoine

Né le 23 avril 1821 à Thierville (Meuse), marié à Paris (ancien VIIe) en 1841, père de trois enfants en 1871 ; doreur sur métaux ; communard.

Fils d’officier, il avait été enfant de troupe, mais n’avait pas fait de service militaire. Il habitait Paris depuis le mois de mars 1833. Selon ses dires au cours d’un interrogatoire en 1872, il avait été arrêté le 9 juillet 1852, et " interné " dans sa famille à Paris. — " J’habitais Palaiseau. Un soir, dans un établissement public, je chantais une chanson satirique contre l’ex-empereur. La police m’arrêta. "

En 1870, il habitait, 68, avenue du Roi-de-Rome (XVIe arr.). Pendant le Siège, il fit partie du 38e bataillon de la Garde nationale, formé dans les quartiers bourgeois du Trocadéro, de Chaillot et de Passy. Ce bataillon ayant été dissous par la Commune, les quelques révolutionnaires qu’il comprenait, dont Chazottes, entrèrent au 253e bataillon fédéré. Du 26 avril au 8 mai 1871, le bataillon combattit avec acharnement au fort d’Issy où il subit d’assez graves pertes.

Chazottes avoua, en 1872, s’être trouvé sur les lieux, mais nia avoir tiré. Rentré chez lui, il n’en sortit que le 22 mai à 4 heures du matin, la générale battant dans son quartier. Il prétendit que c’était seulement pour se " rendre compte " de ce qui se passait ; on le soupçonna toutefois fortement d’avoir participé avec son bataillon à la défense d’une barricade près de la Madeleine. Il n’avait regagné son domicile que le 25 mai.

Il fut arrêté le 11 juillet 1871 et incarcéré à Rochefort. Le 17e conseil de guerre le condamna à un an de prison et dix ans d’interdiction de ses droits civiques (6 mars 1872).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182650, notice CHAZOTTES Antoine, Alexandre ou CHAZOTTE Antoine, version mise en ligne le 19 juillet 2016, dernière modification le 4 février 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/748 : Rapport à la Commission des grâces, 30 juillet 1872. — Arch. Min. Guerre, 17e conseil, dossier 219. — Louis Bretonnière, Roger Pérennès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, 1995. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément