COSSERAT François, Édouard

Par Jacques Girault

Né le 25 août 1939 à Rambervilliers (Vosges), mort le 17 juin 2017 à Amiens (Somme) ; professeur ; militant du SNESup ; militant communiste, président du Mouvement national de lutte pour l’environnement, adjoint au maire d’Amiens (1977-1989), conseiller municipal (2008).

François Cosserat
François Cosserat
en 1977

Fils d’instituteurs socialistes, François Cosserat obtint une licence de physique à la faculté des sciences de Nancy (Meurthe-et-Moselle). Militant de l’Union nationale des étudiants de France depuis 1958, membre du bureau de l’association des étudiants de Nancy, il avait adhéré à l’Union des étudiants communistes en 1960 et était devenu secrétaire du cercle. Dans le même temps, il adhérait au Parti communiste français en 1961 et devenait secrétaire adjoint de sa cellule et membre du comité de la section communiste de Nancy. Membre du comité national et du bureau national de l’UEC en 1964, il défendait les orientations du PCF et critiquait le contenu de Clarté. Il fit partie du comité de la fédération communiste de Meurthe-et-Moselle entre 1964 et 1966 et participa à l’école centrale du PCF en août 1965 où il rencontra sa future épouse Éliane Lefèvre). Ils se marièrent en avril 1966 à Amiens puis divorcèrent au milieu des années 1980. Le couple eut trois filles.

François Cosserat effectua son service militaire à Amiens (Somme) en 1966-1967 comme sergent, puis devint assistant à l’institut universitaire de technologie de la ville. Il termina sa carrière comme chef de projet au Conservatoire national des Arts et Métiers.

Membre du Syndicat national de l’enseignement supérieur en 1968, François Cosserat fit partie du conseil d’administration de l’Université de Picardie comme élu du SNEsup.

Secrétaire à la propagande de la section communiste Amiens Nord-Est (ZUP), il entra au comité de la fédération communiste et y resta jusqu’en 1994. Il fut élu conseiller municipal d’Amiens en 1971. Réélu en 1977, il devint premier adjoint au maire, René Lamps, délégué aux finances, et fut renouvelé dans cette responsabilité en 1983. Lors des élections législatives de 1978, il fut le suppléant du candidat communiste Maxime Gremetz.

François Cosserat, avec Eliane Cosserat, furent des animateurs dans la Somme du Mouvement national de lutte pour l’environnement. Il présida pendant plusieurs années l’Association de lutte pour l’environnement en Picardie. Après en avoir été le vice-président, il en devint le président national en 2005. Il était aussi conseiller économique pour les collectivités locales dans la société « Entreprise développement régional » à partir de 2003. À ce titre, il multipliait les actions et les réflexions dans des tables rondes ou des initiatives concernant divers domaines du cadre de vie. Par exemple, il était nommé au Conseil national des déchets en 2005 et participait au conseil d’administration de l’association « Élus association usagers pour une gestion publique de l’eau potable ». Il écrivait régulièrement dans la revue Naturellement.

François Cosserat se remaria en juillet 1999 dans la Somme. Candidat aux élections municipales en 2008 en 35e position sur la liste PS-PCF-Verts-PRG-MRC emmenée par le socialiste Gilles Demailly, il fut élu conseiller municipal. Après un premier tour où la liste d’union de la gauche récolta 41% des voix, elle obtint, au second tour, 56,21% des voix, soit 43 conseillers sur 52 siégeant dans le même groupe municipal « Unis et solidaires ». Entre les deux tours, un tract de la liste sortante adverse conduite par Gilles de Robien (NC) accusa François Cosserat d’avoir « mis les contribuables sur la paille » à l’époque où il était l’adjoint aux finances de René Lamps. François Cosserat, simple conseiller municipal, était délégué à Amiens métropole à partir de 2008. Il figurait à nouveau sur la liste de gauche qui fut battue aux élections municipales de 2014. Il participa aux luttes pour le maintien et l’amélioration de la desserte SNCF d’Amiens, selon la notice nécrologique du Courrier picard du 18 juin 2017.

Annonçant son décès, l’Humanité du 20 juin 2017 lui consacrait un article sous le titre « militant des enjeux du quotidien ». Les obsèques se déroulèrent au crématorium d’Amiens le 23 juin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20705, notice COSSERAT François, Édouard par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 5 novembre 2021.

Par Jacques Girault

François Cosserat
François Cosserat
en 1977
en 1981

ŒUVRE : Le fichier de la BNF comportait en 2017 deux références : - Les capacités en incinération de la région Île-de-France : détermination du gisement incinérable et ajustement des capacités, Observatoire régional des déchets d’Île-de-France, Entreprise et développement régional (François Cosserat et Jacques Roger-Machart), 2003. - Pour qui souffle le vent ? une approche territoriale des énergies renouvelables : l’éolien sans à priori et sans concession, contribution au débat sur la transition énergétique, Pantin, 2013, 103 p7 et en 1981.

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Sources orales. — Note de Julien Cahon.— Divers sites Internet.

.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément