CAZENAVE Julie, née BLANC

Par André Balent

Née le 7 août 1900 à Marsoulas (Haute-Garonne), morte massacrée le 10 juin 1944 à Marsoulas ; victime civile de la division SS Das Reich

Julie Blanc était la fille de Paul, charpentier à Marsoulas et de Joséphine Fournié âgés respectivement de trente et un et vingt-quatre ans en 1900. Elle se maria à Marsoulas le 14 août 1920 avec Jean-Baptiste Cazenave, né le juin 1895 à Montesquieu-Avantès (Ariège), un village du Couserans. Le couple eut trois enfants : Gaston, Paulette et Paul âgés respectivement de 21, 19 et 9 ans en juin 1944. Le cadet fut le seul survivant de la tuerie du 10 juin 1944 qui anéantit sa famille. Il put témoigner et raconter les détails du massacre de ses parents, frère et sœur. Julie Cazenave était la tante du maire de Marsoulas élu en 1935, Jean Blanc. Joséphine, sa soeur, était la mère de ce dernier. Les deux soeurs résidaient dans la maison familiale des Blanc avec le mari de Julie et leurs enfants. Jean Blanc résidait désormais à Cassagne, à la ferme de ses beaux-parents depuis qu’il avait épousé en 1934 Jeanne Saleich. Il était malgré tout devenu le maire de Marsoulas en 1935 (renouvellement général des conseils municipaux).
La famille Cazenave fut la deuxième qui fut décimée par les SS après les Dedieu. Son mari, Jean-Baptiste Cazenave ouvrit la porte. Il fut aussitôt abattu, ainsi que sa femme qui se tant à ses côtés. Le reste de la famille fut ensuite, à l’exception du jeune Paul, fut ensuite massacrée.

Voir Marsoulas (Haute-Garonne), 10 juin 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article219015, notice CAZENAVE Julie, née BLANC par André Balent, version mise en ligne le 14 septembre 2019, dernière modification le 1er octobre 2019.

Par André Balent

SOURCES : Arch. dép. Haute-Garonne, 1 E 11, état civil de Marsoulas (1898-1901), acte de naissance de Julie Cazenave épouse Blanc et mention marginale. — Guy Penaud, La « Das Reich » 2e SS Panzer Division, préface d’Yves Guéna, introduction de Roger Ranoux, Périgueux, La Lauze, 2e édition, 2005, 558 p. [pp. 378-383, pp. 520-521]. — Roger Prost, « En Comminges sous l’occupation. Événements après le 6 juin », Revue du Comminges, Revue d’histoire, d’archéologie, de géographie et de sciences naturelles du Comminges et des Pyrénées centrales, 109, 1994, pp. 404-443. — « Le massacre d’une population innocente à Marsoulas en Comminges, le 10 juin 1944 », texte rédigé par un des fils, né en 1941, du maire de Marsoulas, Jean Blanc, site aspetinf.chez.com/assoc/Marsoulas, consulté le 11 septembre 2019.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément