Saint-Michel-de-Livet (Calvados) : massacre du 18 août 1944

Le 18 août 1944, des soldats allemands SS massacrèrent en représailles, une famille de fermiers et leurs employés à coups de grenades et de mitraillettes.

Dans le cadre de la bataille de Normandie, le 18 août 1944, des éclaireurs britanniques en Jeep arrivèrent dans la ferme de Ernest Bourrienne, située dans le Pays d’Auge à Saint-Michel-de-Livet. Les gens de la maison les accueillirent à bras ouverts.
Dès qu’ils furent repartis, trois SS qui avaient observés la scène de loin, surgirent et, en représailles, lancèrent plusieurs grenades dans la maison. Ernest Bourrienne, sa fille Andrée Chrétien, Paule Bouillon et Suzanne Travert furent tués sur le coup ou achevés d’un coup de pistolet. Deux hommes travaillant à proximité, André Granval et Albert Delignou qui, au bruit des détonations, avaient accouru vers la ferme furent également abattus par les SS.

Une plaque commémorative a été apposée sur le mur de la maison de la ferme au lieu-dit La Cour Vigneux, où s’est déroulé le drame - "Le 18 août 1944 dans cette maison, alors qu’ils venaient de recevoir des soldats britanniques, furent exécutés par un soldat Allemand. Une seule rescapée Mme BOURRIENNE Marie-Thérèse vous en témoigne."

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220316, notice Saint-Michel-de-Livet (Calvados) : massacre du 18 août 1944, version mise en ligne le 12 novembre 2019, dernière modification le 12 novembre 2019.

SOURCES : J. Quellien (sous la dir.), Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados, op. cit. . — MémorialGenweb. —Commune nouvelle de Livarot-Pays d’Auge : 49°01’09’’nord, 0°08’06"est.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément