SIMON Mathis, Eugène [pseudonyme dans la résistance : Kléber ou Lieutenant Andorre]

Par Charles Rauzier, complété par Annie Pennetier

Né le 28 avril 1919 à Yutz ( Moselle), fusillé par les Allemands le 21 août 1944, au fort de Vincennes Paris (XIIe arr.) ; étudiant ; résistant au sein des Ardents.

Fils de Mathias et de Catherine Kiefer, marié le 13 mars 1915 à Yutz (Moselle), Eugène Simon est issue d’une famille catholique. Il était étudiant à l’Université de Strasbourg, rapatriée à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) sous l’Occupation. Il rejoignit la Résistance en 1941, prenant le nom de guerre Kléber au sein du Mouvement des Ardents.

Grâce à une volonté déterminée pour développer le recrutement pour la lutte contre l’occupant, Eugène Simon présenta en juin 1943 à Roger LAZARD alias général François, fondateur en 1940 des Ardents, un élément précieux en la personne de Jean Weber, ayant fui la Lorraine pour se réfugier en Auvergne où il intégra les Ardents. Sous le nom de Bataille, ce dernier fit un « stage » à Clermont-Ferrand avant d’être un chef apprécié de la région parisienne.
A Paris, Eugène Simon fit échouer au cinéma « Le Paris » une manifestation franciste en faisant chanter « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine » (1941). En 1944, il devient l’adjoint de Jean Weber.
Le 21 août 1944, alors que [Marcel Buge-225036] résistant d’Alfortville (Seine, Val-de-Marne) conduisait une voiture Citroën traction-avant où se trouvaient Jean Weber et Mathis Eugène Simon, ils se heurtèrent à un barrage allemand au Pont d’Austerlitz, et en descendant de voiture la mitraillette de Marcel Buge tomba au sol. Simon et Buge furent arrêtés, emmenés au Château de Vincennes où sévissaient les SS de la Das Reich, puis fusillés deux jours plus tard dans le bois de Vincennes après avoir été interrogés sous la torture. Ce récit se trouve dans le dossier de résistant de Marcel Buge, dans celui de Mathis Simon, il est indiqué, fusillé par les Allemands le 21 août 1944, au fort de Vincennes.

Il a été reconnu "Mort pour la France", homologué déportés et internés de la résistance (DIR), résistance intérieure française (RIF).

Il est titulaire de la Médaille de la Résistance, décret du 18 mars 1970.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221610, notice SIMON Mathis, Eugène [pseudonyme dans la résistance : Kléber ou Lieutenant Andorre] par Charles Rauzier, complété par Annie Pennetier, version mise en ligne le 30 décembre 2019, dernière modification le 16 novembre 2021.

Par Charles Rauzier, complété par Annie Pennetier

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 549517. Dossier Mathis Simon .— AVCC Caen, AC 21 P 675610 et AC 21 P 160786. Dossiers Mathis Simon (nc) .—SHD VIncennes GR 16 P 96449, dossier Marcel Buge (notes Geneviève Launay). — État-civil Yutz.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément