ALAOUI Mamoun

Par Albert Ayache

Militant syndicaliste et communiste, contrôleur des PTT.

Frère de ALAOUI Driss, Mamoun était contrôleur des PTT. Membre du bureau de la Fédération postale, il fut élu au 4e congrès de l’Union générale des syndicats confédérés du Maroc des 30 novembre et 1er décembre 1946, membre de la commission exécutive, puis secrétaire de l’Union. Il le demeura jusqu’à la dissolution de l’Union le 7 décembre 1952.

À partir de juin 1947, il dirigea la partie en arabe du journal L’Action syndicale - un quart ou une moitié de page -, après que le Résident général Eirik Labonne en eut donné l’autorisation.

Arrêté, ainsi que son demi-frère Abdallah Achiri, le dimanche 30 décembre 1951, il fut présenté au parquet le 3 février 1952 et maintenu en état d’arrestation pour « être susceptible d’avoir imprimé et diffusé, fait imprimer ou fait diffuser des tracts ». Libéré, il fut de nouveau arrêté en août 1952, sans qu’on ait pu lui faire connaître le chef d’accusation retenu contre lui.

Il mourut accidentellement à Casablanca en 1961. C’est à ce moment-là, dans sa petite maison, sans eau ni électricité, que son frère Driss Alaoui put héberger M’Hamed Ben Omar, le « général », au retour d’Indochine.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article230513, notice ALAOUI Mamoun par Albert Ayache, version mise en ligne le 23 juillet 2020, dernière modification le 23 juillet 2020.

Par Albert Ayache

SOURCE : — A. Ayache, Le mouvement syndical au Maroc, t. 2 et 3.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément