SANTONA Marcel

Par Jean Belin

Né le 18 novembre 1887 à Pontailler-sur-Saône (Côte-d’Or), mort le 11 juin 1964 à Pontailler-sur-Saône ; ajusteur mécanicien à la poudrerie Nationale de Vonges ; syndicaliste CGT de Côte-d’Or

Fils de Simon Santona, poudrier, et de Françoise Baillon, sans profession, deuxième d’une fratrie de six enfants, Marcel Santona travailla comme serrurier à Pontailler-sur-Saône avant son incorporation d’octobre 1908 à septembre 1910. Il se retira ensuite au domicile de ses parents dans sa commune natale et fut embauché comme ajusteur mécanicien à la poudrerie Nationale de Vonges (Côte-d’Or). Détaché à la poudrerie en août 1914, il fut mobilisé d’octobre 1915 à avril 1919. Engagé à la CGT avant la guerre, il fut secrétaire général adjoint du syndicat CGT confédéré des ouvriers et des ouvrières de la poudrerie en juillet 1923, le secrétaire général étant Émile Labouèbe. Après la création d’un syndicat unitaire dans l’établissement en 1926, les tensions entre les deux organisations eurent pour effet de déboucher sur la perte d’un nombre important de leurs adhérents. Marcel Santona cessa dès lors de militer jusqu’à la réunification de décembre 1935. Il se maria avec Jeanne Berthe Glaive, couturière, le 4 mai 1912 à Mirebeau-sur-Bèze (Côte-d’Or) avec laquelle il eut deux enfants, René né en 1915 et Gérard, né en 1927. Il était domicilié à Pontailler-sur-Saône lors de son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article235231, notice SANTONA Marcel par Jean Belin, version mise en ligne le 7 décembre 2020, dernière modification le 7 décembre 2020.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. Dép. de Côte-d’Or, série 10M, rapport de police 1926, état civil, recensement de la population, fiche de recrutement militaire. — Arch. Municipales de Dijon, sous-série 7F. — Mairie de Pontailler-sur-Saône, état civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément