ROY Isabelle

Par André Balent

Née le 8 juillet 1944 à Castelnau-Durban (Ariège), massacrée le 15 juillet 1944 à Castelnau-Durban (Ariège) ; victime civile d’une vengeance de maquisards de l’Agrupación de guerrilleros españoles (AGE) qui visait son père

Isabelle Roy était la fille de Ricardo Roy Escribano, manoeuvre, né le 9 février 1902 à Borobia (province de Soria, Espagne) et de Palmira Tomàs i Pérez née 17 avril 1916 à Manresa (province de Barcelone, Espagne).

Ses parents étaient des réfugiés de la guerre civile d’Espagne, rentrés en France au moment de la Retirada en 1939. Son père, militant anarchiste avait été officier de l’Armée populaire de la République. En 1944, il avait refusé d’intégrer l’Unión nacional española (UNE) et son bras armé, l’Agrupación de guerrilleros españoles (AGE), organisations créées et contrôlées en France par le Parti communiste d’Espagne.

Le 15 juillet 1944 une fête était organisée pour célébrer sa naissance dans la maison de ses parents au hameau de la Casace, au sud du village de Castelnau-Durban. Sa mère, sa grand-mère maternelle et des amis de la famille étaient présents. Son père, s’étant sans doute attardé au travail, n’était pas encore rentré lorsque fut perpétré le massacre au cours duquel périt Isabelle à peine âgée d’une semaine. En début de soirée des communistes espagnols armés demandèrent à entrer dans la maison. Ils furent invités à participer aux réjouissances. Ils purent certes constater l’absence de Ricardo Roy qu’ils venaient « liquider » car considéré comme un « traitre » pour son refus d’intégrer les organisations de résistance de la mouvance communiste. Pourquoi décidèrent-ils d’exercer leur vengeance sur la famille et les amis de Ricardo Roy ? Après avoir éteint brusquement la lumière, ils tirèrent à l’aveuglette dans la pièce des rafales d’armes automatiques. Ils mirent le feu à la maison.

La réalité du massacre est établie par divers témoignages, dont celui d’une voisine, recueilli dans les années 2010 par Ángel Carballeira. Les décès des victimes de la tuerie, dont Isabelle Roy, ne furent pas consignés sur le registre de l’état civil de Castelnau-Durban. Celui de’Evaristo Soler Crivellé le fut, dix ans plus tard, sur celui de La Bastide-de-Sérou, commune ariégeoise, proche de Castelnau-Durban.

Voir Castelnau-Durban (Ariège), La Casace [Casasse], massacre d’Espagnols adultes de la mouvance anarchiste et d’enfants par des « guérilleros » (15 juillet 1944)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237846, notice ROY Isabelle par André Balent, version mise en ligne le 30 janvier 2021, dernière modification le 24 avril 2021.

Par André Balent

SOURCE : Arch. dép. Ariège, 4 E 6468, acte de naissance d’Isabelle Roy. — Ángel Carballeira, « La tuerie de Lacazace en juillet 1944 », Les cahiers du CTDEE, Centre toulousain de documentation sur l’exil espagnol, 14, décembre 2020, p. 25-39, avec la reproduction de l’acte de naissance d’Isabelle Roy et l’acte de mariage de ses parents.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément