GRANGÉ Raoul, Georges

Par Mauricette Laprie

Né le 17 avril 1903 à Bègles (Gironde), mort le 7 décembre 1989 à Gradignan (Gironde) ; morutier, tourneur ; militant CGTU, puis CGT ; communiste ; interné politique.

Fils de Bernard Grangé, manoeuvre, et de Julie Péré Castagnat, Raoul Grangé se maria à Bègles le 22 octobre 1938 avec Françoise Laguillou, née le 14 avril 1904 à Ogeu (Pyrénées Atlantiques).

Raoul Grangé commença très tôt à travailler. Porteur de pain dès 1914, il se fit embaucher en 1919 dans un chai viticole des chartrons à Bordeaux où il entama sa première action syndicale avec le syndicat des tonneliers en faisant circuler une pétition qui permit d’obtenir un sou d’augmentation. En 1920 il adhéra à la CGT puis à la CGTU. En 1922, il suivit une formation pour devenir tonnelier. Puis en 1926, il devint morutier et créa le syndicat. Délégué au 4ème congrès national CGTU tenu à Bordeaux du 19 au 24 septembre 1927 et au XIIIe congrès national des travailleurs de l’alimentation – Fédération de l’alimentation unitaire -tenu à Bordeaux du 25 au 27 septembre de la même année, il représenta les morutiers de Bègles. Il fut à nouveau délégué au 5ème congrès national ordinaire CGTU de Paris du 15 au 21 septembre 1929, salle Lepetit-Vergeat, maison des syndicats, toujours représentant les morutiers de Bègles. Après avoir travaillé dans une usine de boîtes métalliques, rue Saint Hubert à Bordeaux, il embaucha le 24 novembre 1930 à la succursale de la CENPA – usine de fabrication de papier à Bègles, comme magasinier-massicotier-encaisseur-livreur-chauffeur. Il y anima les grèves de 1936, puis fut licencié le 3 mai 1939. Le 30 octobre, il se fit embaucher comme employé aux établissements Roger Nègre et André Corrichon, constructeurs mécaniciens, 40 rue de Tauzin à Bordeaux.

En 1920 il adhéra aux jeunesses communistes, puis au Parti communiste en 1924. Arrêté pour propagande antimilitariste, il fut condamné le 7 novembre 1925 à 4 mois de prison, libéré le 11 février 1926. Membre du Comité départemental du SRI – Secours rouge international, en octobre 1927, il participa le 23 août à la manifestation organisée aux Quinconces à Bordeaux pour « Sacco et Vanzetti ».

Arrêté comme interné politique au camp de Mérignac du 11 décembre 1940 au 30 avril 1943, puis du 20 août 1943 au 22 août 1944, un rapport du 21 janvier 1941 fit état de son activité politique « Tourneur interné au camp de Mérignac extrémiste se livrant à l’intérieur des camps à la propagande révolutionnaire ». Affecté aux cuisines, il diffusait clandestinement les informations qui lui parvenaient en glissant une lamelle de papier sous les capuchons des canettes de bière destinées au cantonnement, il facilita bien des évasions, en particulier celles de femmes ». En août 1944 il fut nommé membre permanent du comité local de Libération de la Gironde désigné pour la recherche des corps de fusillés et déportés, tout en étant le secrétaire du Comité pour le monument aux fusillés de Bègles.

Il travailla dans une entreprise du bâtiment du bois de 1945 au 30 juin 1967 date à laquelle il partit à la retraite. Il devint alors secrétaire du syndicat du bâtiment et des travaux publics de la Gironde, section des retraités, fit partie de la délégation de la Gironde au 28e Congrès Fédéral du Bâtiment et des Travaux Publics CGT à Toulouse (Haute Garonne) en avril 1970, participa au 44e Congrès de l’Union départementale CGT de la Gironde en avril 1973, tenu salle Jean Lurçat à Bègles. Le 28 octobre 1986 à la Bourse du Travail de Bordeaux il reçut la médaille de "fidélité syndicale".

Ses obsèques civiles se déroulèrent le lundi 11 décembre 1989 au cimetière de Bègles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241252, notice GRANGÉ Raoul, Georges par Mauricette Laprie, version mise en ligne le 24 juin 2021, dernière modification le 24 juin 2021.

Par Mauricette Laprie

SOURCES : Arch. Dép. Gironde, 1M526, 527, 536, 549, 71W52, 106W164. — Archives privées Raoul Grangé. — Michel Slitinsky. 3 filles, 20 garçons, la résistance en Gironde. Bordeaux, 1968. — État civil de Bègles (Gironde).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément