HÉBRARD Jeanne

Par Jean-Marie Guillon

Née le 3 septembre 1897 à à Soudorgues (Gard), abattue le 12 mai 1944 à Soudorgues : victime civile.

Habitant les hameau des Horts, commune de Soudorgues, Jeanne Hébrard fut abattue le 12 mai 1944 alors que les éléments de la 8e compagnie Brandebourg (généralement désignés comme « Waffen SS ») investissaient les lieux lors d’une opération dirigée contre les maquis du secteur de Lasalle (Gard). Aux côtés de Feldgendarmes et soldats allemands, ils avaient participé à l’assassinat du chef militaire du maquis de l’Armée secrète (AS), Robert Francisque, le 10 mai et, le 11, à l’attaqué du maquis de la Grand’Borie, au col du Mercou, sur la commune de Soudorgues. Le hameau des Horts avait été l’un des PC de René Rascalon, créateur du maquis AS. Les circonstances de la mort de Jeanne Hébrard sont controversées. Aimé Vielzeuf la fait passer pour victime de sa surdité (elle n’aurait pas entendu les présumés « Waffen SS »), mais Serge Rigal conteste vigoureusement cette interprétation. Pour lui, au contraire, elle voulait prévenir ses proches ou les personnes réfugiées dans sa propriété de leur arrivée.
Les obsèques de Jeanne Hébrard eurent lieu au temple de Soudorgues, bondé en dépit des difficultés et des risques. Le pasteur Wasserfallen de l’Église réformée évangélique de Lasalle prêcha sur « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ». C’est ce verset qui fut gravé sur la plaque commémorative de la Tournelle aux Horts.
Plusieurs habitants du hameau furent arrêtés le 12 mai et déportés en Allemagne dont Alphonse Hébrard dont on sait s’il avait un lien de parenté avec Jeanne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243745, notice HÉBRARD Jeanne par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 13 novembre 2021, dernière modification le 16 novembre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Mémoire des hommes DAVCC Caen AC 21 P 354164 (nc). — Les lieux de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale dans le département du Gard, Nîmes, Arch. dép. Gard, 2016. — Serge Rigal, Soudorgues dans la tourmente 1943-1944, 2019 (bernard-deschamps.net/2019/07/les-maquis-de-soudorgues). — Aimé Vielzeuf, Terreur en Cévennes, Nîmes, chez l’auteur, 1983, p. 51.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément