BASSET François-Joseph

Par Michaël Boudard

Né le 2 août 1815 à Prémery (Nièvre), mort le 25 août 1897 à Pouilly-sur-Loire (Nièvre) ; docteur en médecine ; proscrit de 1851 ; maire de Pouilly-sur-Loire.

Fils d’un chirurgien de Prémery (Nièvre), qui fut conseiller municipal entre 1840 et 1846, François Basset fit des études de médecine à Paris et, après l’obtention de son diplôme, s’installa à Prémery (Nièvre) dont il fut élu conseiller municipal le 31 juillet 1848. Remarqué par les autorités, il fut arrêté le 10 décembre 1851 et emprisonné à Nevers puis à Cosne-sur-Loire. Condamné à la transportation en Algérie, sa famille put, par la suite, le rejoindre sur ce territoire. En juin 1856, le docteur Basset résidait à Bône, ville proche de la frontière avec la Tunisie : c’est lui qui accueillit les trois évadés du bagne de Lambessa, Arthur Ranc, Joseph Sourd, instituteur nivernais révoqué en 1850 et Jean Balland peintre originaire du Cher. Arthur Ranc le présente ainsi dans son ouvrage Une évasion de Lambèse : « Dès le premier soir, nous pûmes mettre la main sur un ami qui, avec un dévouement, une activité, une bonne grâce dont nous lui serons éternellement reconnaissants, se mit à notre disposition. C’était un transporté de 1852, interné à Bône, M. Basset ; grâce à lui, rien ne nous manqua, et nous attendîmes en toute sécurité le résultat de ses efforts pour nous faire passer en Tunisie ». M. Basset trouva « un patron sicilien, fraudeur de tabac, qui consentait à nous emmener à Tunis ». Les trois hommes purent ainsi quitter l’Algérie : on peut constater avec cet exemple que des proscrits prenaient des risques pour en sauver d’autres.
Finalement, bénéficiant d’un rapatriement sanitaire, la famille Basset put revenir dans la Nièvre, s’installant d’abord à Châteauneuf-Val-de-Bargis avant de partir à Pouilly-sur-Loire en juillet 1866. Toujours surveillé, un rapport de police précise qu’il « aurait conservé ses anciennes idées démocratiques ». Effectivement, lors des élections législatives de 1869, François Basset soutint la candidature républicaine de Pierre Malardier dans la deuxième circonscription de Cosne-sur-Loire.
Après le 4 septembre 1870, François Basset fut nommé maire de Pouilly-sur-Loire par le sous-préfet de Cosne-sur-Loire, Alfred Massé (34684). Il fut ensuite élu conseiller en avril 1871 puis adjoint. Révoqué en février 1874, il fut poursuivi en justice pour détention d’armes. Réélu conseiller le 6 janvier 1878 puis le 9 janvier 1881, il fut élu maire le 23 avril 1882, fonction qu’il conserva jusqu’à son retrait volontaire en mai 1896.
En juillet 1889, pour le Conseil général, François Basset se présenta comme candidat républicain dans le canton de Pouilly-sur-Loire face au conseiller sortant conservateur, M. le comte de Laubespin (par ailleurs sénateur de la Nièvre) : il fut battu par 1 200 voix contre 1 734.
En 1881, après le vote de la loi d’indemnisation des victimes de 1851, le montant de sa pension s’éleva à 900 francs.
François Basset se retira de la vie politique en 1896 et mourut en août 1897. Franc-maçon, ses obsèques seront civiles ; Alfred Massé, son « vieil ami », y assista.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244094, notice BASSET François-Joseph par Michaël Boudard, version mise en ligne le 1er décembre 2021, dernière modification le 1er décembre 2021.

Par Michaël Boudard

SOURCES : Arch. Dép. Nièvre : état civil de Pouilly-sur-Loire ; M 656 : élections municipales de Pouilly-sur-Loire ; M 659 : élections municipales de Prémery ; M 1665 : coup d’État de 1851, dossiers individuels ; 3 Z 686 : répression politique ; journaux La République et La Tribune républicaine. — Site Gallica : Ranc Arthur, Une évasion de Lambèse. Souvenirs d’un excursionniste malgré lui, Bruxelles, Sardou, 1877.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément