MONTAVON André, alias Claude

Par Claude Pennetier

Né le 26 octobre 1919 à Coeuve (Suisse), mort le 15 juin 1993 à Besançon, condamné à mort le 18 septembre 1943 à Besançon (Doubs) pour participation à la résistance armée, déporté ; citoyen suisse ; étudiant puis enseignant après guerre ; résistant du Front national-FTPF.

Second fils des quatre enfants d’un couple d’instituteurs, étudiant à l’université de Besançon, André Montavon avait des parents domiciliés dans le canton de Berne mais qui possédaient une ferme à Valleroy (Doubs). Il fuit ses études primaires à Coeuve puis progymnase de Porrentruy, il poursuit ses études au Lycée Victor Hugo de Valleroy (Franche-Comté).
Citoyen suisse, membre du Front national, il participa au groupe de résistance Guy Môquet dans le Doubs. Il assurait la liaison entre Paul Paqueriaud et "Lucien" (Roger Bpurdy) qui l’avait recruté. Il aurait été nommé chef du détachement Alsace.
Arrêté il passa en procès devant le tribunal de la Feldkommandantur 560 de Besançon. Il fut un des 17 condamnés à mort, mais en raison de sa nationalité suisse, les autorités allemandes jugèrent préférable de ne pas l’exécuter pour le conserver en vue d’un échange avec deux allemand détenus en Suisse.
Sa peine commuée en déportation, il fut emmené au camp de Neuengamme en Allemagne où il demeura jusqu’à la fin de la guerre. Libéré puis soigné par la Croix-rouge suédoise, il regagna la France et fit quelques séjours en Suisse dans sa famille. Il reçut la médaille de la Résistance, de la médaille des combattants volontaires de la Résistance et nommé officier de la Légion d’honneur.
En 1949, se rendit au Venezuela d’où il revint six ans après pour épouser Yvette Blanc, sa fiancée depuis 1943. Le couple vécut en l’Amérique du Sud où il exerça plusieurs métiers : professeur à l’Université de Caracas, planteur de riz et représentant.

Revenu en Suisse en 1959, André Montavon fut des études et fut professeur à l’Ecole cantonale de Porrentruy de français, d’allemand et d’histoire au progymnase et, plus tard, de philosophie au gymnase. Il fut président de la Commission romande pour le renouvellement de l’enseignement de l’histoire.
En 1982, en retraite, son couple s’installa à Valleroy, pour l’été, et Besançon pour l’hiver.


Voir Besançon (Doubs) : les fusillés du 26 septembre 1943 à La Citadelle

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244863, notice MONTAVON André, alias Claude par Claude Pennetier, version mise en ligne le 13 janvier 2022, dernière modification le 17 janvier 2022.

Par Claude Pennetier

OEUVRE : Les Beûtchins , ouvrage qui traite de l’insertion de la jeunesse campagnarde au milieu du XXe siècle, en Ajoie, Suisse (paru dans la collection L’Oeil et la Mémoire de la Société jurassienne d’Émulation).

SOURCES : Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 427519. — Service historique de la Défense, Caen, AVCC, SHD/ AC 21 P 600290. — Raymond Tourrain, L’Histoire du groupe Guy Mocquet, Amicale du groupe Guy Mocquet, imprimerie A. Eblé, Besançon, 1974. — [https://www.diju.ch/f/notices/detail/6600].

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément