GOURIOU Yvonne, Marie

Par Jacques Girault, Alain Prigent

Née le 1er juin 1899 à Caouénnec par Lannion (Côtes-du-Nord), morte le 23 avril 1984 à Lannion (Côtes-d’Armor) ; institutrice ; syndicaliste du SNI, militante communiste dans les Côtes-du-Nord.

Fille d’instituteurs d’origine rurale qui exercèrent pendant trente ans à Caouénnec, Yvonne Gouriou, élève de l’école primaire supérieure de Tréguier, entra à l’École normale d’institutrices de Saint-Brieuc en 1916. Elle devint institutrice en octobre 1919.

En poste à Maël-Carhaix, puis à Ploumanach, elle militait au Syndicat de membres de l’enseignement laïc (CGTU), puis après 1936 au Syndicat national des instituteurs. Elle faisait aussi partie du groupe d’enseignants militants de l’Internationale des travailleurs de l’enseignement qui eut une activité en France jusque vers 1937.

Après avoir été sympathisante du Parti socialiste SFIO, Yvonne Gouriou trouva le titre des socialistes unitaires du Trégor La Charrue rouge en 1930. Elle participa aux actions contre les ventes-saisies.

Yvonne Gouriou adhéra au Parti communiste en octobre 1934 après un voyage en URSS en août 1933, organisé par le Secours rouge international dont elle était adhérente depuis 1932. Trésorière de la section communiste de Lannion, dirigeante communiste dans le canton de Perros-Guirrec sous le Front populaire selon les carnets de Marcel Cachin, elle fit partie du comité régional à partir du 17 novembre 1936. Lors de la campagne électorale, elle multiplia les réunions publiques avec sa propre voiture (101 réunions selon son dossier biographique). En mai 1937, elle devint trésorière de la section communiste de Rostrenen.

Yvonne Gouriou fut déplacée d’office à Boqueho sur décision de l’Inspecteur d’Académie le 25 novembre 1940 puis participa aux activités clandestines des communistes.

Après la guerre, Yvonne Gouriou, institutrice dans la Creuse, continua à militer dans le mouvement syndical et dans les rangs du Parti communiste français sans avoir de responsabilités. Elle est restée célibataire.

En 1973, elle fit don à l’étudiant François Guégan d’une collection de La Charrue rouge qui la versa au Centre d’histoire sociale de Paris 1.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article49886, notice GOURIOU Yvonne, Marie par Jacques Girault, Alain Prigent, version mise en ligne le 20 avril 2009, dernière modification le 25 juillet 2021.

Par Jacques Girault, Alain Prigent

SOURCES : Arch. Nat., F1a 3655. — RGASPI, 495 270 4252, 517 1 1561, 1747, 1908. — François Guégan, Le Parti communiste français, la SFIO et le mouvement paysan et ouvriers de 1930 à 1939 dans les Côtes-du-Nord, Mémoire de maîtrise, Université de Paris 1973. — Alain Prigent, Les instituteurs des Côtes-du-Nord sous la IIIe République. Laïcité, amicalisme et syndicalisme, Sables d’Or les Pins, Astoure, 2005.— François Prigent, Un socialisme d’extrême gauche dans le Trégor, La Charrue Rouge d’Augustin Hamon et Philippe Le Maux (1930-1937), mémoire de maîtrise, sous la direction de Claude Geslin, 2000, Rennes II. — Bretagne Nouvelle, N° 50, 6 avril 1969.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément