HUBERT Georges, Arthur

Par Antoine Olivesi, Roger Pierre

Né le 13 novembre 1898 à Mérindol (Vaucluse), mort le 5 décembre 1974 à Morières-lès-Avignon (Vaucluse) ; employé du PLM au Teil (Ardèche) ; militant communiste de l’Ardèche puis des Bouches-du-Rhône ; conseiller municipal d’Arles (Bouches-du-Rhône).

En 1929, Georges Hubert remplaça Jules Thomas à la direction du rayon du Teil. Il fut inculpé avec Jacques Bonnet à la suite des manifestations du 1er août 1929, sous prétexte de la publication non autorisée du journal de cellule Le Cheminot rouge. La police, au cours d’une perquisition, découvrit à son domicile tout le matériel de tirage et d’impression des tracts et journaux diffusés par le Parti communiste dans la région.

Lorsque fut constituée le 24 janvier 1932 la Région Drôme-Ardèche du PC, il en assuma pendant quelque temps le secrétariat (voir Éd. Blanchard*). Il était également secrétaire-trésorier de la cellule des cheminots du Teil forte de trente adhérents ; cette même année, il fut candidat du Parti aux élections législatives. Il fut aussi, en 1933-1934, secrétaire du syndicat unitaire des cheminots PLM d’Arles (Bouches-du-Rhône).

Lors des élections municipales du 5 mai 1935, il figurait en tête de la liste communiste battue par les socialistes. Après la démission collective du conseil, il fut, notamment avec Aimé Périllier, Robert Durand, Clément Jalabert, Augustin Mailhan, au deuxième tour, l’un des neuf élus communistes arlésiens du 14 juin 1936, la charge de maire restant à la SFIO avec Joseph Imbert.

En juin 1936, il fut élu deuxième adjoint au maire socialiste Joseph Imbert*. Le 15 juin 1937, dans une lettre adressée au sous-préfet d’Arles, Georges Hubert donna sa démission d’adjoint, ayant été réintégré au PLM et affecté dans une autre région.

Georges Hubert était marié et père de deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article4995, notice HUBERT Georges, Arthur par Antoine Olivesi, Roger Pierre, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 11 août 2020.

Par Antoine Olivesi, Roger Pierre

SOURCES : Arch. Nat. F7/13130. — Arch. Dép. Ardèche, 5 M 47. — Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, M 6/11379 ; V M 2/283, 285, 290 et 295 ; XIV M 24/62. — Travail, 1930. — Le Travailleur alpin, 1932-1934. — Rouge-Midi, 1er et 8 décembre 1934, 27 avril 1935 (BNF Gallica), 17 juin 1936, p. 2. — Arch. mun. Arles, 7 F 4 n° 139. — État civil de Mérindol. — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément