ARNOULD François

Né le 14 août 1832 à Pouxeux (Vosges) ; employé à l’Imprimerie nationale ; communard ; emprisonné en 1872.

François Arnould était le fils de Nicolas, Joseph Arnould et de Marie, Aprône Lecoanet. Il avait deux frères et quatre sœurs.
Ancien sous-officier de l’armée, employé après sa libération à l’Imprimerie nationale, il était domicilié à Paris, rue de Sévigné (IIIe arr.). Durant le 1er Siège de la ville, il était capitaine dans une compagnie de marche et gagna la médaille militaire. Le 18 mars 1871, il resta à Paris et se fit élire commandant de son bataillon - le 150e. Le 3 avril, il fit la sortie de Neuilly ; le 10, il alla à Issy, puis au fort de Vanves, du 21 avril au 1er mai ; il occupa de nouveau Issy, du 10 au 12 mai, et se rendit le 17 à Gentilly. Il revint à Paris, le 24 ou le 25 ; place des Vosges, il aurait engagé son bataillon à se disperser. Les renseignements sur son compte étaient favorables, mais on le présentait comme exalté. Le 5e conseil de guerre le condamna, le 3 janvier 1872, à la déportation simple et à la dégradation civique, peine commuée, le 7 mai 1872, en cinq ans de détention et remise le 19 octobre 1876 ; le 11 octobre 1876, le directeur de la prison disait de lui : « Actif, laborieux, mais peu sérieux et je suis assez disposé à croire qu’il n’a pas complètement renoncé à ses idées d’insurgé. »
Il était marié, sans enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article51396, notice ARNOULD François , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 2 juillet 2021.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/739 et BB 27. — Arch. Dép. Vosges, État civil de Pouxeux, 1853, Acte n°20, 4E365/7-56967. — Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément