LAUJOL François

Par Jean Maitron et Claude Pennetier

Né le 26 janvier 1875 à Valence d’Agen (Tarn-et-Garonne), mort le 9 mars 1954 à Port-Sainte-Marie (Lot-et-Garonne) ; cheminot ; militant socialiste puis communiste de La Garenne-Colombes (Seine, Hauts-de-Seine) ; maire communiste de Port-Sainte-Marie.

François Laujol était homme d’équipe aux chemins de fer en 1901, facteur en gare en 1907, avant de devenir, par concours, commis en 1909. Membre de la section socialiste de La Garenne-Colombes depuis 1910, il se présenta aux élections municipales de 1912 et 1919. Il entraîna environ les deux tiers des effectifs socialistes locaux au Parti communiste après le congrès de Tours (décembre 1920). La section socialiste comptait quatre-vingt-quinze adhérents en décembre 1919 et cent vingt au premier trimestre 1920 ; le Parti communiste en réunissait soixante-dix à la fin de l’année 1921. Laujol assurait le secrétariat secondé par Schmitt*, secrétaire adjoint et Rey*, délégué fédéral. Il s’occupait également de l’Union des locataires et de la Fédération sportive du travail (FST). Sa liste regroupa près de six cents voix aux élections municipales de mai 1925.
Le Parti communiste le présenta aux élections législatives sur la liste du Bloc ouvrier et paysan dans la 4e circonscription de la Seine (banlieue), le 11 mai 1924. Il recueillit 105 293 voix (10e des 19 candidats de sa liste) sur 406 547 inscrits et 342 584 votants.
Reparti en province, Fernand Laujol fut maire communiste de Port-Sainte-Marie (Lot-et-Garonne) du 21 décembre 1930 au 11 novembre 1939, puis du 28 juin 1945 au 25 octobre 1947. Il était secrétaire adjoint de la Fédération des élus « Front populaire » du Lot-et-Garonne en 1935.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article5622, notice LAUJOL François par Jean Maitron et Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 23 juin 2012.

Par Jean Maitron et Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Seine, versement 10451/76/1. — Compte rendu des congrès de la Fédération socialiste puis communiste de la Seine, 1919-1922. — L’Humanité, 17 janvier 1921 et 29 avril 1924. — Le Travailleur du Sud-Ouest, 22 juin 1935. — Lettre du maire de Port-Sainte-Marie.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément