HARDOUIN Céleste

Née le 12 juillet 1832 à Bréhémont (Indre-et-Loire) ; morte le 9 janvier 1904 à Paris (XVIIIe arr.) ; institutrice ; communarde ; participante aux congrès ouvriers de 1876, 1878 et 1880.

L’Illustration du 14 octobre 1876, dessin de Auguste Lançon.

Institutrice à Paris, Céleste Hardouin fut arrêtée comme Communarde et emprisonnée à la prison des femmes et des enfants des Chantiers, à Versailles. Elle a laissé un témoignage sur sa détention et sur l’instruction judiciaire. Louise Michel critiqua vivement sa pétition pour obtenir sa libération.

Toujours institutrice à Paris, C. Hardouin assista comme déléguée aux séances du congrès ouvrier de France qui se tint à Paris du 2 au 10 octobre 1876. Elle représentait la Ligue pour l’amélioration du travail des femmes (Paris).
Membre active de la commission d’initiative du congrès, la citoyenne Hardouin intervint le 12 août à la réunion préparatoire et y développa l’idée que la question du travail des femmes ne pourrait être résolue que par l’établissement de l’instruction obligatoire. Elle demanda que les impôts frappent le capital et non le prolétariat, qu’il y ait des écoles professionnelles laïques. Elle estimait finalement que la place de la femme est à la maison.
Devant le congrès, elle intervint le 6 octobre sur « Apprentissage, enseignement professionnel ». Elle exposa tout un plan d’organisation de l’enseignement pour les filles, afin d’établir l’égalité entre les sexes. Elle affirma des principes laïques et féministes.
La citoyenne Hardouin assista également à la deuxième session du congrès ouvrier qui se tint à Lyon du 28 janvier au 8 février 1878 puis, déléguée des « institutrices libres et laïques », au congrès ouvrier du Havre (1880), elle siégea salle Franklin, parmi les « Barberettistes ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article61469, notice HARDOUIN Céleste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juin 2020.
Auguste Lançon. ">
L’Illustration du 14 octobre 1876, dessin de Auguste Lançon.

SOURCE : Céleste Hardouin, La détenue de Versailles, Les amis de la Commune, 2005, 140 p. — Note de Michèle Audin. — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément