TOURNEL Jean-Baptiste, Évariste, Léger

Né le 2 octobre 1845 à Fresnoy-lès-Roye, arr. de Montdidier (Somme) ; cantonnier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Il avait servi six mois au 2e régiment du train d’artillerie, puis, sous la Commune de Paris, comme lieutenant au 236e bataillon de la Garde nationale. Blessé le 20 mai 1871 et soigné à l’ambulance près de la Petite-Roquette, il fut fait prisonnier.
Il était signalé pour avoir des opinions politiques exaltées. Condamné, le 24 février 1872, par le 6e conseil de guerre, à la déportation simple, il arriva à Nouméa le 9 février 1873. Il vit sa peine commuée le 30 janvier 1877, en huit ans de détention ; il rentra par le Tage et obtint la remise du reste de sa condamnation le 22 mai 1878.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71944, notice TOURNEL Jean-Baptiste, Évariste, Léger, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 16 septembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/757 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément