DEGOBERTIÈRE Émile, Moïse

Par Daniel Grason

Né le 6 septembre 1896 à Azérables (Creuse), mort le 15 décembre 1942 à Auschwitz (Pologne) ; infirmier ; militant communiste ; conseiller municipal de Gentilly (Seine, Val-de-Marne).

Fils de Lucien, maçon et de Mélanie, née Gorgeon, Émile Degobertière, conscrit de la classe 1916 a été mobilisé par anticipation le 8 avril 1915. Il fit la guerre au sein des forces françaises de l’armée d’Orient, puis participa aux campagnes de Roumanie et de Serbie. Il obtint la médaille commémorative d’Orient, Roumanie-Serbie. Démobilisé, Émile Degorbetière travailla comme cultivateur, il épousa le 7 février 1920 Marie Charron à Azérables, cinq enfants naquirent (trois filles et deux garçons).

La famille vint habiter à Gentilly, Émile Degobertière était infirmier à l’hospice de Bicêtre, il appartenait à une cellule communiste de Gentilly et fut élu conseiller municipal communiste de la ville le 12 mai 1935, sur la liste dirigée par Georges Beaugrand. Le conseil de la préfecture le déchut de son mandat le 15 février 1940. Sous le motif qu’il était un « meneur particulièrement actif » des policiers du commissariat de la circonscription l’arrêtèrent le 26 juin 1941 à son domicile au 2 rue Aristide-Briand à Gentilly. Dirigé sur l’Hôtel Matignon 47 rue de Varenne à Paris (VIIe arr.), il a été incarcéré au fort de Romainville (Seine, Seine-Saint-Denis), puis livré aux Autorités allemandes.

Interné au camp de Compiègne, il était dans le convoi du 6 juillet 1942 dans de 1155 hommes à destination d’Auschwitz, 89% des déportés y moururent, 119 rentrèrent. Émile Degobertière fut reconnu « Mort pour la France » et homologué comme « déporté politique », et au titre de la Résistance intérieure française (RIF). Le nom d’Émile Degobertière figure sur le Mémorial de la Résistance Creusoise à Guéret (Creuse), sur le monument aux morts de Gentilly et sur la plaque commémorative dans la cour de l’hôpital de Bicêtre au Kremlin-Bicêtre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74844, notice DEGOBERTIÈRE Émile, Moïse par Daniel Grason, version mise en ligne le 28 juillet 2015, dernière modification le 15 mai 2018.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. Paris, DM3, Versement 10451/76/1, Versement 10441/64/2 n° 24. – Arch. Com. Gentilly. – Arch. PPo. 1W 0993 (transmis par Gilles Morin), 77W 0032. – Bureau Résistance GR 16 P 165417. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. – Triangles rouges à Auschwitz. Le convoi politique du 6 juillet 1942, Claudine Cardon-Hamet, Éd. Autrement, 2005. – Site internet Claudine Cardon-Hamet. – Site internet GenWeb. – J.O. n° 059 du 10 mars 1988 p 3200. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément