CANTIÉ Adrien [CANTIÉ Étienne, François Adrien]

Par André Balent

Né et mort à Saint-Estève (Pyrénées-Orientales) : 1er novembre 1875-10 décembre 1977  ; cultivateur  ; militant socialiste ; maire de Saint-Estève.

Cultivateur dans son village natal, Adrien Cantié était lui-même fils d’agriculteurs (Étienne Cantié, né à Saint-Estève en 1848 et Dorothée Malet, née à Saint-Estève en 1852). Il se maria à Palalda (Pyrénées-Orientales) le 25 mai 1901 avec Laurence Guitard. Deux enfants, Étienne et Adrienne, naquirent de cette union.

Saint-Estève, commune proche à la fois de Perpignan et des deux grands centres guesdistes de Rivesaltes et de Baixas, fut la seule localité du Riberal où, dès avant 1914, le Parti socialiste put implanter un groupe puissant à l’essor duquel Adrien Cantié ne fut pas étranger.

Militant du groupe socialiste de Saint-Estève, Adrien Cantié fut élu maire (PS de F) en 1904, réélu en 1908 et 1912, comme SFIO, la liste socialiste toute entière étant élue sans concurrents. Il fut réélu maire en 1919, 1925, 1929, 1935. Hostile à l’adhésion du Parti socialiste à l’Internationale communiste, il participa à la reconstitution de la SFIO, dans les Pyrénées-Orientales et fut coopté à la commission administrative fédérale de la SFIO lors de la réunion de cette instance le 9 janvier 1921. Réélu à la CAF de la SFIO des Pyrénées-Orientales à l’issue du congrès fédéral du 24 mai 1924, Adrien Cantié siégeait toujours à cet organisme dirigeant en 1926.

Adrien Cantié conserva ses fonctions de maire sous le gouvernement de Vichy, y compris après l’occupation de la zone sud par les troupes allemandes. Son mandat prit fin en septembre 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article78573, notice CANTIÉ Adrien [CANTIÉ Étienne, François Adrien] par André Balent, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 14 mai 2017.

Par André Balent

SOURCES : Arch. Dép. Pyrénées-Orientales, 2 M 5 (268 II), 2 M 5 (282), 2 M 5 (302/303/304). — Le Socialiste des Pyrénées-Orientales, hebdomadaire de la Fédération socialiste des Pyrénées-Orientales (1904-1914). — Le Cri Catalan, hebdomadaire (officieux) de la Fédération socialiste des Pyrénées-Orientales, 15 janvier 1921, 31 mai 1924, 8 mai 1926. — André Balent, « Le Parti socialiste dans le Riberal », Bulletin de la Société agricole scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, 89, Perpignan, 1981, pp. 91-112. — Renseignements communiqués par M. Ey, maire de Saint-Estève (lettre du 4 mai 1982).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément